Lyon: De nombreuses voix s'élèvent contre la tenue du congrès du Front national ce week-end

POLITIQUE Près de 3.000 militants sont attendus ce samedi et dimanche à la Cité internationale de Lyon...  

Caroline Girardon

— 

Marine Le Pen à Nanterre le 7 novembre 2014. /Credit:WITT/SIPA/1411071406

Marine Le Pen à Nanterre le 7 novembre 2014. /Credit:WITT/SIPA/1411071406 — SIPA

«Derrière le bleu marine de la fille, il y a toujours le brun du père». Alors que le Front national doit tenir son congrès annuel ce week-end à Lyon, de nombreuses associations ou syndicats montent au créneau. A commencer par le Parti de Gauche qui parle d' «insulte aux Lyonnais», de «provocation à la mémoire des fondateurs du Conseil National de la Résistance».

Des termes également employés par les anciens combattants de Lyon qui sont sortis de leur réserve. Munis d'étendards, ils se sont rassemblés le week-end dernier pour exprimer leur indignation face à tenue de ce congrès. «Nous savons par expérience historique, que la situation de crise et de difficultés subies par de nombreuses personnes, constitue un terreau favorable à la montée de l'extrême droite. Avec les conséquences que l'on connaît... Rien ne doit tomber dans l'oubli».

«Réveiller les citoyens»

Le Collectif de Vigilance du Rhône et la Conex, coordination nationale contre l'extrême droite, appellent à une grande mobilisation samedi. Une manifestation qui se veut pacifique, partira à 14h de la place Jean-Macé pour rejoindre celle des Terreaux, où se tiendra un concert. «Alors que le FN se met en ordre de marche pour ses prochaines batailles, électorales notamment, l’heure n’est ni à la résignation ni au fatalisme mais à la mobilisation», indique le collectif dans un communiqué.

La mobilisation passera aussi par des discussions. Huits ateliers et forums seront organisés dimanche à la mairie du 8e arrondissement et à la MJC Laënnec. L'objectif: réveiller «les gens tétanisés par la montée du FN» et informer les citoyens. «Nous souhaitons faire œuvre d'éducation populaire en déconstruisant le discours du FN, que tente de banaliser Marine Le Pen, expliquent les organisateurs. Par exemple, dans les mairies gouvernées par l'extrême droite, ce sont les plus pauvres et plus fragiles socialement qui trinquent.» «Le vernis est nouveau. Le Front national a des moyens de communication différents aujourd'hui. On a l'impression qu'il s'agit d'un nouveau parti. Mais le fond idéologique reste le même. Il n'est pas plus acceptable qu'hier», explique Elodie Lebourcq, de la Conex.

«Un dispositif de sécurité adapté»

De son côté, le Front national annonce la venue de 3.000 militants à la Cité Internationale. Et peut-être plus dimanche, jour où Marine Le Pen viendra clôturer les débats. La Préfecture qui n'a pas souhaité dévoiler de chiffres, indique qu' «un dispositif de sécurité adapté sera mis en place pour éviter d'éventuels troubles à l'ordre public». D'autant que les identitaires, toujours enclins à faire parler d'eux, entendent se substituer aux forces de l'ordre et protéger eux-mêmes les commerces de la ville...

Mots-clés :

Aucun mot-clé.