Le pavillon P regroupera les blocs opératoires, l'imagerie d'urgence et les soins critiques.
Le pavillon P regroupera les blocs opératoires, l'imagerie d'urgence et les soins critiques. - Artefactory

Elisa riberry

La déconstruction du vétuste pavillon H bâti en 1933 par Tony Garnier débutera fin 2014. Après des années d'attente et divers projets reportés en raison du déféicit des Hospices civils de Lyon, la modernisation de l'hôpital Edouard-Herriot (3e) se concrétise enfin. Les HCL, qui présentaient mercredi l'un des projets architecturaux de la première tranche de travaux, programmée jusqu'en 2019, ont quasiment bouclé leur plan de financement. «Nous arrivons à un moment important dans l'histoire d'Edouard-Herriot et de ce projet, s'est réjoui mercredi le nouveau directeur général des HCL Dominique Roubaix. Si cela peut être financé, c'est grâce à l'engagement du Grand Lyon et de la ville.»

L'aide de l'Etat assurée


Dès la fin 2011, le maire socialiste de Lyon Gérard Collomb s'est en effet engagé à prendre en charge un tiers de la première tranche de travaux, évalués à 120 millions d'euros. Le conseil général a promis 7 millions d'euros. Les HCL investiront 60 millions. Et la participation de l'Etat à hauteur de 20 millions d'euros, incertaine ces dernières années, devrait être confirmée prochainement. «Nous avons des engagements écrits du ministère de la Santé. Il ne fait aucun doute qu'il participera au chantier de modernisation, confie à 20 Minutes l'un des acteurs de la rénovation. C'est pour ça que nous lançons le projet.»

D'ici à 2017, HEH abritera ainsi un nouveau pavillon P, opération majeure de la rénovation (72 millions d'euros). Ce bâtiment, moderne et lumineux, imaginé par l'architecte Michel Rémon, réunira les activités opératoires, les soins critiques, l'imagerie d'urgence et la chirurgie ambulatoire, aujourd'hui dispersés dans différents pavillons. A terme, il sera relié par une nouvelle galerie souterraine au pavillon N, dont la rénovation est prévue à l'horizon 2015. «Les urgences médicales, psychiatriques et médicales y seront regroupées», précise Alain Colombet, secrétaire général des HCL.