Les facteurs déboutés

0 contributions
Publié le 12 septembre 2012.

Au fond d'eux-mêmes, ils espéraient une condamnation symbolique même s'ils savaient que la partie était loin d'être gagnée. Mardi après-midi, le tribunal de police de Villeurbanne a relaxé le directeur de la poste de Saint-Symphorien d'Ozon, déboutant ainsi les syndicats de leurs demandes de 2 600 € de dommages et intérêts. Ces derniers avaient saisi la justice pour réclamer le paiement des heures supplémentaires. « On nous demande de faire 6 h 30-13 h 04 tous les jours mais beaucoup d'entre nous terminent à 15 h, ou arrivent plus tôt au travail pour essayer de finir dans les temps », relate Frédéric Poncet délégué Sud PTT. « On a l'impression de ne pas avoir perdu à la loyale, lâche un syndicaliste, amer. Tout a été fait pour sauver la Poste à tout prix ». « Dans son jugement, le tribunal déclare qu'il n'y a pas d'interdiction de faire des heures supplémentaires lorsqu'on fonctionne en horaires collectifs, affirme Bernard Dartevelle, avocat de la Poste. D'ailleurs les syndicats ont eux-mêmes signé cette convention, et maintenant ils veulent en faire un cheval de bataille. »C.G

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr