L'inconscience
L'inconscience - Le choix des libraires

en partenariat avec 20minutes.fr

Résumé

«Le jour où il tomba dans le coma, Cari avait quarante-neuf ans. Marcus, qui avait passé la cinquantaine, avait longtemps cru que sa différence d'aîné l'exposerait davantage. Mais comme les enfants peuvent mourir avant leurs parents, les cadets peuvent être frappés avant les aînés. Cette logique de l'âge n'en était pas une, elle était aussi absurde que trompeuse.»
Carl, cadre modèle, a fondé une famille et travaillé vingt ans dans la même mutuelle, jusqu'au jour où la rencontre d'un mystérieux Stern l'entraîne à bouleverser son existence. Marcus, célibataire, séducteur et insouciant, a accumulé les expériences avant de se fixer à Roubaix, où il enseigne l'ethnologie et couche allègrement avec ses étudiantes.

L'Inconscience ne se contente pas de retracer les parcours - amoureux et professionnel - de ces deux frères que tout semble opposer. Le roman nous plonge au coeur d'une étrange atmosphère de province, multipliant les allers-retours entre la sphère intime et la sphère sociale. Ce faisant, il dévoile le visage d'une époque où les compagnies d'assurances ont remplacé les consolations de la religion, où le pouvoir de la finance est omniprésent, et où la quête du bonheur est un risque dans nos vies trop bien réglées.

Après Le Cimetière américain et Jura (Champ Vallon, 2003 et 2005), Thierry Hesse a publié aux éditions de l'Olivier en 2009 Démon, largement salué par la critique et traduit dans une demi-douzaine de langues. Il a également contribué à deux ouvrages collectifs : Devenirs du roman et Face à Sebald (Inculte, 2007 et 2011). Il vit à Metz.

Courier des auteurs le 07/09/2012

1) Qui êtes-vous ? !

Thierry Hesse. Après Démon en 2009, L'Inconscience, mon quatrième roman, paraît en cette rentrée aux éditions de l'Olivier.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La famille et l'Histoire, comme dans mes précédents romans. Cette fois, je m'attache aux bouleversements de notre époque à travers les relations elles-mêmes instables de deux frères, Carl et Marcus, qui se sont perdus et tentent de se retrouver.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«L'amour est un souvenir de l'amour.» C'est aussi le titre d'un chapitre. Cette phrase dit ce qu'est le passé en chacun de nous : une puissance et un piège.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«Into My Arms» («Dans mes bras»), une chanson de Nick Cave. Elle est d'ailleurs dans le roman.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Je crois que l'écriture d'un roman, qui me demande toujours entre deux et trois ans, me change. Si en me lisant, des lecteurs pouvaient eux aussi se sentir différents, je n'aurais pas écrit en vain.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Je me lève le plus tôt possible, quand les autres dorment.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Justement, en me levant le plus tôt possible. Et puis les écrivains sont des «boîtes noires» : ils enregistrent tout. Cette anomalie produit forcément des effets.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
J'ai toujours plus ou moins écrit (des choses inmontrables). Longtemps la littérature (la vraie) m'a tellement impressionné que j'ai attendu avant de m'y mettre sérieusement.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
L'année de mes quinze ans, j'ai lu coup sur coup Voyage au bout de la nuit, de Céline, La Métamorphose, de Kafka, Sur la route, de Kerouac : ce furent mes premières véritables émotions littéraires. Le sentiment qu'un livre vous fait voir le monde autrement.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Les écrivains, je ne sais pas. Mais la littérature, elle, augmente notre existence.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Pas une semaine sans librairie (sinon je tombe malade).

La revue de presse : Catherine Simon - Le Monde du 6 septembre 2012

Roman ambitieux et dense, L'Inconscience dépasse le cadre du roman familial et dresse une fresque d'un demi-siècle d'évolution sociale et culturelle.

La revue de presse : Alexandre Fillon - Lire, août 2012

Dans L'Inconscience, Thierry Hesse dissèque le discours parallèle de deux frères nés dans les années 1960, qui vont évoluer différemment. Quels hasards, quels choix président à la destinée ?...
es frères Vogelgesang se sont fâchés, perdus de vue puis retrouvés. Ils ont affronté chacun à leur manière la mort de leur père dans un accident de voiture, la vente de la maison dont ils ont hérité... Thierry Hesse parle du monde d'aujourd'hui et de son évolution, de la province, de la fraternité et de l'envie de liberté. Des rencontres qui bouleversent le cours d'une existence et vous révèlent à vous-même. Son questionnement, sa musique et son énergie ne peuvent laisser indifférent.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires