Pour seul cortège
Pour seul cortège - Le choix des libraires

en partenariat avec 20minutes.fr

Résumé

Le point de vue des éditeurs

En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s'écroule, terrassé par la fièvre.
Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l'héritage - et le privilège d'emporter sa dépouille.
Des confins de l'Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d'un temple éloigné où elle s'est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal : le destin l'appelle à nouveau auprès de l'homme qui a vaincu son père...
Le devoir et l'ambition, l'amour et la fidélité, le deuil et l'errance mènent les personnages vers l'ivresse d'une dernière chevauchée.
Porté par une écriture au souffle épique, Pour seul cortège les accompagne dans cet ultime voyage qui les affranchit de l'Histoire, leur ouvrant l'infini de la légende.

Romancier, nouvelliste et dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé publie son oeuvre, traduite dans le monde entier, chez Actes Sud. Il est notamment l'auteur de La mort du roi Tsongor (2002, prix Goncourt des lycéens, prix des Libraires) et du Soleil des Scorta (2004, prix Goncourt, prix Jean-Giono).

Le choix des libraires : choisi le 01/11/2012 par Laure Simoes de la librairie PETITES HISTOIRES ENTRE AMIS à CHENNEVIÈRES-SUR-MARNE, France

Beau roman de Laurent Gaudé qui y développe les thèmes qui lui sont chers : la mort, l'héritage et la place que l'on veut occuper dans le monde. A lire pour se laisser bercer par la poésie des mondes antiques.

Le choix des libraires : choisi le 04/09/2012 par M. Jo de la librairie DU THÉÂTRE ZANNINI à BOURG-EN-BRESSE, France

Belle écriture et souffle épique pour ce récit de la fin d'Alexandre le Grand. Après sa mort, la fille de Darius, roi perse vaincu, qui avait choisi de se retirer du monde, de ses dangers, de ses intrigues mortelles, accepte pourtant de ramener le corps d'Alexandre sur sa terre d'origine.

Laurent a su se glisser dans le style superbe des épopées classiques, mais cela reste un peu compliqué à lire, on se sent bien ignorant de tout ça !

A conseiller et réserver sans doute aux passionnés d'histoire ancienne et amateurs de tragédies grecques.

Le choix des libraires : choisi le 25/08/2012 par Coline Meurot de la librairie MAJUSCULE LA ROSE DES VENTS à ARMENTIÈRES, France

Alexandre le Grand va mourir. Tout le monde se presse à son chevet. Tout le monde a la même question en tête : qui va lui succéder ? Qui saura perpétuer la grandeur de son royaume.
Pendant que ses disciples se déchirent une jeune femme tente d'échapper à son destin...
Laurent Gaudé renoue avec le roman épique qui a fait le succès de "la mort du roi Tsongor". Une très belle réussite, comme toujours ! un roman mythique, poignant et poétique !

La revue de presse : Françoise Dargent - Le Figaro du 27 septembre 2012

Sous la plume du romancier, les derniers jours d'Alexandre le Grand deviennent une épopée...
Laurent Gaudé orchestre des chevauchées héroïques (celle de Dryptréis galopant vers Babylone) et des défilés somptueux (l'armée d'Alexandre s'égrenant à son chevet, le contingent de pleureuses accompagnant sa dépouille à sa mère). Il mêle le grandiose à l'intime et la prose aux incantations. L'écrivain excelle dans cette sorte de poème épique qu'il cisèle et travaille à l'os, remodelant la matière sans paraître le moins du monde impressionné par son sujet. Il traite d'un personnage de l'Histoire mais se permet de réécrire la légende pour y insuffler ce qui fait souvent défaut au roman historique. Son aisance étonne toujours. Alors si l'on ne dédaigne pas le genre, on ne peut que souscrire à ce récit qui tisse le lien avec la tragédie antique.

La revue de presse : Christine Ferniot - Lire, septembre 2012

Et le voici face à Alexandre le Grand, l'insatiable conquérant. L'extirper de l'Histoire pour en faire un homme de chair et de sang est un pari dément, peut-être même un sacrilège. Mais Laurent Gaudé n'a peur de rien, attrapant le héros mythique pour en faire un être possédé par une vision, une poupée fragile qui se laisse chahuter...
Telle une fable, un rituel, ces deux voix disent la fin d'un monde entièrement lié à la conquête. Laurent Gaudé plonge dans l'épopée, fait surgir les cris des victimes sur la route, les hurlements des pleureuses quand Alexandre meurt. Il veut offrir au lecteur le souffle de l'Histoire sans se préoccuper de dire la vérité. Alexandre est son fantôme protégé par une troupe qui a tout des cavaliers de l'Apocalypse.

La revue de presse : Bruno Frappat - La Croix du 29 août 2012

À ce moment de nos lectures (on n'a jamais fini...), le plus beau roman de la rentrée. Laurent Gaudé, dans son style toujours limpide, parfois jusqu'à la sécheresse feinte, nous entraîne dans un moment tragique de l'histoire universelle : la mort d'Alexandre le Grand. Il en fait une épopée, une sorte de course par étapes non seulement contre la mort, mais contre l'histoire...
Pourquoi s'intéresser à tout cela ? Parce que Laurent Gaudé a trouvé le ton juste pour le raconter. Pas d'emphase. Des émotions contenues, toujours à fleur de peau, à fleur de sable. Une densité et une rapidité dans les épisodes qui excluent le pathos et l'étalage de peintures criardes. C'est le fait d'un grand écrivain que de faire aujourd'hui, d'un roman-poème sur Alexandre le Grand, un livre prenant, vertigineux, d'un contemporain évident. Car il concerne les drames de notre temps en remettant au centre du langage des mots comme loyauté, paix, silence, esprit, rêve et le dernier du livre : éternité.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires