"Home" de Toni Morrison chez Bourgois (Paris, France)

1 contribution
Publié le 22 décembre 2012.

Résumé

L'histoire se déroule dans l'Amérique des années 1950, encore frappée par la ségrégation. Dans une Amérique où le «White only» ne s'applique pas qu'aux restaurants ou aux toilettes, mais à la musique, au cinéma, à la culture populaire. L'Amérique de Home est au bord de l'implosion et bouillonne, mais c'est ici la violence contre les Noirs américains, contre les femmes qui s'exprime. Les grands changements amorcés par le rejet du Maccarthisme, par la Fureur de vivre ou le déhanché d'Elvis n'ont pas encore commencé.
En effet, les Noirs Américains sont brimés et subissent chaque jour le racisme et la violence institutionnalisés par les lois Jim Crow, qui distinguent les citoyens selon leur appartenance «raciale». Pour eux, le moindre déplacement, même le plus simple, d'un état à l'autre, devient une véritable mission impossible. En réponse à cette oppression, l'entraide et le partage - facilités par l'utilisation du Negro Motorist Green Book de Victor H.
Green qui répertorie les restaurants et hôtels accueillant les noirs dans différents états - sont au coeur des relations de cette communauté noire dans une Amérique à la veille de la lutte pour les droits civiques. La guerre de Corée vient à peine de se terminer, et le jeune soldat Frank Money rentre aux Etats-Unis, traumatisé, en proie à une rage terrible qui s'exprime aussi bien physiquement que par des crises d'angoisse.
Il est incapable de maintenir une quelconque relation avec sa fiancée rencontrée à son retour du front et un appel au secours de sa jeune soeur va le lancer sur les routes américaines pour une traversée transatlantique de Seattle à Atlanta, dans sa Géorgie natale. Il doit absolument rejoindre Atlanta et retrouver sa soeur, très gravement malade. Il va tout mettre en oeuvre pour la ramener dans la petite ville de Lotus, où ils ont passé leur enfance.
Lieu tout autant fantasmé que détesté, Lotus cristallise les démons de Frank, de sa famille. Un rapport de haine et d'amour, de rancoeur pour cette ville qu'il a toujours voulu quitter et où il doit revenir. Ce voyage à travers les États-Unis pousse Frank Money à se replonger dans les souvenirs de son enfance et dans le traumatisme de la guerre ; plus il se rapproche de son but, plus il (re)découvre qui il est, mieux il apprend à laisser derrière lui les horreurs de la guerre afin de se reconstruire et d'aider sa soeur à faire de même.

Toni Morrison est née en 1931 à Lorain (Ohio) dans une famille ouvrière de quatre enfants. Après des études de lettres et une thèse sur le thème du suicide dans l'oeuvre de William Faulkner et de Virginia Woolf, elle fait une carrière de professeur aux universités de Texas Southern, Howard, Yale et Princeton. Après avoir travaillé comme éditrice chez Random House, elle obtient en 1988 le prix Pulitzer avec Beloved.
Le prix Nobel de littérature lui est décerné en 1993. Aujourd'hui retraitée de l'université, Toni Morrison a toujours eu le souci de s'entourer d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène - avec qui elle a régulièrement collaboré. En septembre 2011, elle a ainsi présenté l'adaptation de son Desdemona par Peter Sellars au théâtre des Amandiers de Nanterre.

«Ce petit roman envoûtant est une sorte de pierre de Rosette de l'oeuvre de Toni Morrison. Il contient en essence tous les thèmes qui ont toujours alimenté son écriture. [...] Home est empreint d'une petite musique feutrée semblable à celle d'un quatuor, l'accord parfait entre pur naturalisme et fable. [...] Mme Morrison adopte un style tranchant qui lui permet de mettre en mots la vie quotidienne de ses personnages avec une précision poétique.»
The New York Times

Le choix des libraires : choisi le 22/12/2012 par Frédéric Boillot de la librairie INTERLIGNES à LIMOURS, France

Frank Money est revenu de la guerre de Corée, marqué par les horreurs vécues qu'il tente d'oublier par l'alcool, l'errance. Mais une lettre lui enjoint d'aller secourir sa soeur.
Sensible et émouvante histoire familiale, dans les États-Unis des années 50, où les lois raciales Jim Crow en vigueur, entraînaient expulsions, interdictions multiples, misère et ressentiment. Les portraits de ces personnages principaux, finement brossés, sont empreints d'ambiguïté, de mélancolie, de tendresse et de dignité reconquise, dans un environnement familial, amoureux et social, dévasté et hostile, heureusement illuminé par des rencontres de hasard généreuses.

Le choix des libraires : choisi le 07/11/2012 par Laure Simoes de la librairie PETITES HISTOIRES ENTRE AMIS à CHENNEVIÈRES-SUR-MARNE, France

La grande dame de la littérature noire américaine nous propose à nouveau un roman poignant sur la société américaine des années 1950 rongée par la ségrégation raciale. Son héros, en retournant sur les terres honnies de son enfance, commence un voyage initiatique, qui l'aidera à se reconstruire.

Le choix des libraires : choisi le 29/10/2012 par Yann Le Bohec de la librairie AUTREMENT à SAINT-PIERRE, La RÉunion

"Si vous ne venez pas, elle mourra." Frank, vétéran de la guerre de Corée, reçoit ce courrier un matin le prévenant de la position délicate de sa soeur Cee. S'ensuit un voyage, intérieur et extérieur, difficile, rédempteur...
Situé au coeur des 50's, dans l'Amérique ségrégationniste, Toni Morrison, nous livre un court et dense roman. Intense et touchant, toute en retenue, magnifique.

Le choix des libraires : choisi le 13/09/2012 par Marianne Kmiecik de la librairie LES LISIÈRES à ROUBAIX, France

Toni Morrison excelle dans l'art de bouleverser le lecteur, elle le percute de plein fouet et le force à ouvrir les yeux, à s'interroger sur ce qui l'entoure. Elle parvient encore une fois à ses fins avec Home. Dans ce court roman, elle nous donne un aperçu de ce que c'était que d'être noir dans l'Amérique raciste et ségrégationniste des années 1950. En mettant en scène une galerie de personnages qui gravitent autour de Franck Money, soldat brisé de retour de Corée, et Cee, sa petite soeur, qui n'a jamais appris à se méfier des hommes, Toni Morrison montre que les humiliations quotidiennes peuvent détruire une vie.
Renouant avec son style puissant et poétique, la lauréate du prix Nobel nous entraîne à sa suite dans la vie de ces deux personnages et nous prouve que les liens qui unissent un frère et une soeur sont indéfectibles !

Le choix des libraires : choisi le 03/09/2012 par Marie Bottet de la librairie ESPACE CULTUREL LECLERC à LISIEUX, France

Dans l'Amérique des années 50, Frank Money est un jeune noir américain qui rentre de Corée où il était soldat. Traumatisé par les horreurs de la guerre et par la mort de ses amis, il essaie tant bien que mal de vivre normalement auprès de sa petite amie. Mais un jour, on lui annonce que sa jeune soeur est à l'agonie, séquestrée et torturée par un médecin qui tente sur elle des expériences. Frank décide de traverser la Géorgie pour aller la sauver et la ramener à Lotus, la ville de leur enfance.
Des scènes d'une cruauté absolue, une écriture au cordeau, Toni Morrison nous offre un roman percutant.

La revue de presse : Muriel Steinmetz - L'Humanité du 13 décembre 2012

Toni Morrison, qui nous avait habitués à de longs romans-fleuves, s'autorise cette fois la forme brève, soit 150 pages sans graisse, dans la plus stricte économie langagière, concentrées sur quelques-uns des fondements indestructibles de son oeuvre comme la violence sous toutes ses formes : politique (on est en plein maccarthysme), raciale (le Noir comme bête de somme) et familiale (la pauvreté détruit les bases de la fratrie) dans l'Amérique d'avant Kennedy...
Toni Morrison s'attache à la vie des gens du peuple, telles ces femmes noires illettrées de Géorgie qui savent faire usage de tout, partagent tout, assument tout.

La revue de presse : Christine Ferniot - Lire, septembre 2012

Noirs américains, Frank et Cee, frère et soeur, tentent de survivre dans l'Amérique des années 1950 et de lutter contre la violence, l'injustice. Home est un roman aussi concis qu'essentiel...
Loin des oeuvres monumentales de ses débuts, Toni Morrison, Prix Nobel de littérature en 1993, resserre la fiction. Elle dit qu'à 81 ans passés elle n'a plus de temps à perdre mais ce n'est pas la seule raison. Tenir la phrase juste comme une ligne musicale, oublier la sacro-sainte règle du narrateur tout-puissant, glisser une trame féerique, tout cela ajoute encore au mystère que l'auteur nous laisse le soin de compléter. "Ici se dresse un homme", écrit Frank sur une tombe fraîchement creusée, symbole d'un devoir accompli pour pouvoir enfin pousser la porte de chez lui. Home est un conte et un tombeau : celui d'êtres humains que Toni Morrison fait revivre et s'exprimer pour qu'ils ne restent pas des fantômes oubliés, des ombres, des morts en attente de sépulture. Pour qu'ils soient vivants.

La revue de presse : Sylvain Bourmeau - Libération du 20 septembre 2012

Bref volume qu'on serait de prime abord tenté de qualifier de novella si sa solide densité n'en faisait absolument un roman, un grand petit roman. Home se donne pourtant à lire d'un trait comme un texte simple et complexe, comme le sont les fables, écrites pour être lues et relues...
Etrange comme chaque personnage du livre, et ils sont nombreux, parvient à exister en si peu de lignes. Sans doute la rançon d'un refus absolu de toute psychologie. Au point que Morrison ait ressenti le besoin de faire parler Frank à la première personne entre chaque chapitre, le personnage n'hésitant pas à faire remarquer vertement au narrateur omniscient qu'il ne sait rien de ses motivations ni ce qui lui traverse l'esprit. Le personnage prenant pas à pas le pouvoir, s'émancipant pour le plus grand plaisir d'un auteur dont l'unique sujet demeurera pour toujours la domination. Sous son écriture parfaite de maîtrise, volontairement accessible et musicale, Home est un livre social, une manière littéraire et subtile d'articuler classe, race et genre, en mettant l'accent, pour la première fois sans doute dans l'oeuvre du Nobel, sur classe.

La revue de presse : Bruno Juffin - Les Inrocks, août 2012

Bâti selon une structure cyclique, Home commence et s'achève donc sur deux versions d'un même événement : au sortir de la prime enfance, les héros terrifiés voient un corps tiré d'une brouette et jeté dans une fosse par des tueurs sans visage ; devenus adultes, ils bravent leurs peurs pour exhumer les ossements et leur donner une sépulture décente. En enterrant à la verticale le cadavre dont le souvenir les poursuivait, les héros s'autorisent eux-mêmes à se tenir debout, à conjurer leurs démons respectifs et à recueillir l'approbation du laurier, «blessé pile en son milieu/Mais vivant et bien portant», qui a été témoin de la scène. Le chemin de la rédemption et de la reconquête de soi passe par cette fusion avec un environnement poétique et pastoral, la sobriété de cette chute prouvant que l'économie de moyens sied tout autant à Toni Morrison que la pyrotechnie lyrique de ses romans d'antan.

La revue de presse : Nathalie Crom - Télérama du 22 août 2012

L'enfance, la honte, la rédemption sont quelques-uns des thèmes que soulève et creuse ce beau roman laconique, réaliste mais ouvert sur le rêve et le mystère, profondément humaniste, empreint de cruauté autant que d'authentique grâce.

La revue de presse : Florence Noiville - Le Monde du 23 août 2012

Déchirant le voile, elle montre les démons et les traumas d'une communauté. Les droits civiques, en germe aussi, et ce " home " où l'on se reconstruit - peut-être. Le résultat est saisissant. Une époustouflante économie de moyens. Une parabole épurée, sensuelle, violemment poétique. Grâce et densité. Un livre bel et bon.

La revue de presse : Alexandre Fillon - Le Journal du Dimanche du 26 août2012

La grande Toni Morrison est connue et respectée pour sa puissance romanesque, la majesté de sa prose, la force de son propos. Prix Pulitzer pour Beloved en 1988, prix Nobel de littérature en 1993 pour l'ensemble de son oeuvre, l'Américaine s'illustre encore avec un court roman éclatant, son dixième, intitulé Home...
Toni Morrison décrit l'Amérique des années 1950. La ségrégation y reste palpable, après le fracas terrible de la guerre de Corée. Où Frank a connu le froid et l'attente, la mort qui frappe ses camarades. L'auteure de Jazz et de Love insiste sur le hasard des rencontres, l'entraide inattendue dont peuvent bénéficier ses héros, rappelant l'existence d'un Green Book. Un ouvrage, signé alors par un certain Victor H. Green, qui recensait les lieux et les modes de transport ouverts aux Noirs américains. Mrs. Morrison joue habilement avec la narration et la construction. Elle contrebalance toujours la dureté des événements avec des moments poétiques. Et parvient à rendre la force incroyable, l'attachement indéfectible qui unit le frère et la soeur. Un foyer à eux deux.

La revue de presse : André Clavel - L'Express, août 2012

La violence, le racisme, l'amer retour au pays d'un rescapé de la guerre de Corée : Toni Morrison poursuit son exploration de l'Amérique noire avec Home, un roman rythmé et douloureux...
Tout pour la musique. La musique des mots, la musique de l'âme et l'âme de la musique. Au détour de Home, le nouveau roman de Toni Morrison, se cache une petite phrase qui résume parfaitement son travail : "Comme pour le percussionniste, c'est le rythme qui décide." Trouver le rythme, garder le bon tempo, écrire avec l'oreille, c'est à cette alchimie que se livre l'auteur de Beloved et son oeuvre merveilleusement jazzée nous envoûte depuis quatre décennies. Avec une partition qui explore toute la gamme des sentiments et des passions en décrivant les tourments d'un peuple humilié, ces Noirs d'Amérique dont Toni Morrison, de livre en livre, retrace le destin à la fois historique, émotionnel et spirituel...
Avec Home, le Nobel 1993 nous offre un roman très ramassé, une fulgurante novela où des voix se croisent comme dans un choeur, pour raconter l'histoire amère d'un retour au pays.

La revue de presse : Christophe Mercier - Le Figaro du 30 août 2012

Un vétéran noir de la guerre de Corée revient dans son Sud natal pour retrouver sa jeune soeur. La grande dame des lettres américaines à son meilleur...
Le nouveau roman de Toni Morrison est le plus bref qu'elle ait écrit jusqu'à présent : cent cinquante pages, la dimension d'une longue nouvelle. Mais il ne traduit pas un essoufflement de la part du Prix Nobel de littérature 1993. Il s'agit plutôt d'une condensation, d'un précipité - au sens chimique du terme - de ses thèmes et de sa manière. Au fil de ses dix-sept chapitres (dont le dernier est comme un bref poème), il reconstitue toute une saga familiale, l'histoire d'une famille noire du Sud, qui connaît la pauvreté, la violence des dernières années de la ségrégation, et dont les deux rejetons, chacun à sa manière - la guerre en Orient pour l'un, le mariage pour l'autre -, tentent d'échapper à la misère d'un destin programmé, avant de chercher à retrouver leurs racines, et leur foyer, aussi démuni qu'il puisse être.

La revue de presse : Benjamin Locoge - Paris-Match, août 2012

Aucun de ses textes ne donne de leçons. Son écriture subtile, comme le montre « Home », son nouveau roman, interroge le bien-fondé de certaines notions capitales des Etats-Unis  : qu'est-ce qu'être un homme  ? Qu'est-ce qu'est vraiment la liberté  ? Octogénaire, elle n'a rien perdu de sa verve et de son acuité.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires

en partenariat avec 20minutes.fr
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr