"Les cordelettes de Browser" de Tristan Garcia chez Denoël (Paris, France)

0 contributions
Publié le 6 septembre 2012.

Résumé

Dans un univers qui menace de se rétrécir, David Browser, un spationaute explorateur, découvre la "brèche- du cosmos et bloque accidentellement le cours du
temps. Condamnés à l'éternel présent, les humains peuvent cependant revivre et modifier leur propre vie en manipulant des cordelettes enfouies dans une console individuelle. En plusieurs récits qui se répondent et entrent en résonance, Tristan Garcia construit une galaxie de personnages survivant dans un temps immobile.
Entre Drcamer Wallace âgé de dix mille ans, Browser l'explorateur bloqué dans son vaisseau-serpent à la frontière de l'univers, Anita qui enclenche en rêve des ères nouvelles en tournant la vis centrale de la Terre, Viv qui remixe jusqu'à la nausée une séquence clé de son existence, Eliedo et ses successeurs qui luttent pour restaurer le cours de l'Histoire... Garcia élabore, non sans humour ni audace, un récit d'aventures au style limpide et brillant.
Un puissant roman-fable qui nous parle du malaise mais aussi des espérances d'aujourd'hui.

Philosophe et romancier né en 1981, Tristan Garcia a reçu un accueil critique exceptionnel pour La Meilleure Part des hommes publié chez Gallimard en 2008 (prix de Flore), suivi de Mémoires de la jungle en 2010. Il enseigne aujourd'hui la philosophie à l'université d'Amiens.

La revue de presse : Marion Cocquet - Le Point du 27 juillet 2012

S'y retrouvent les codes et les attendus du genre, des échafaudages technico-mathématiques aux méditations sur la nature et les aspirations de l'homme. Mais Tristan Garcia les respecte moins qu'il n'en joue, dans une langue (désormais) épurée, pour continuer de tracer son surprenant chemin littéraire. En rendant hommage, ce faisant, aux dieux de son panthéon personnel (liste - non exhaustive - en fin d'ouvrage) : Kubrick et Tarkovski, Verlaine et Stefan Wul, Moebius et le douanier Rousseau....

La revue de presse : Emily Barnett - Les Inrocks, septembre 2012

En basculant de plain-pied dans la SF, Garcia tourne le dos à un certain surmoi discursif, au profit d'une pure oeuvre d'imagination. Délivrée de tout souci réaliste, chaque scène s'offre comme une sublime virée onirique...
Par sa fable intergalactique, Garcia invite à relire le monde. Il s'en prend à son recyclage bégayant - le désir d'éternité comme parabole. Garcia prône la fin de la toutepuissante pensée humanoïde et un retour à l'intelligence du réel et de ses objets - thèse défendue dans son essai de philo paru en 2011, Forme et objet - Un traité des choses. Renvoyant dos à dos quête du paradis perdu et mythologie du progrès, pro et anti-éternité, Garcia offre une autre façon de voir et de penser, une manière de réenchanter le monde.

Le choix des libraires en partenariat avec 20minutes.fr
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr