Avec «Et mes yeux se sont fermés», Patrick Bard raconte l'embrigadement d'une ado dans Daesh

ROMAN JEUNESSE Prenez deux minutes pour savoir si «Et mes yeux se sont fermés» de Patrick Bard est le livre qu'il vous faut...

Constance Daulon

— 

«Et mes yeux se sont fermés» de Patrick Bard (Syros Jeunesse)

«Et mes yeux se sont fermés» de Patrick Bard (Syros Jeunesse) — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, Et mes yeux se sont fermés de Patrick Bard chez Syros Jeunesse (208 pages, 14,95€).

Une citation:

«Maëlle Le Bihan faisait au contraire partie de ceux qui demeurent longtemps dans la mémoire d’un enseignant. Pas parce qu’elle était en quelque sorte dotée d’un sens inné de la grammaire et de l’orthographe. […] Mais aussi parce que j’avais trouvé dans ses rédactions une dimension littéraire qui semblait sortie de nulle part.»

Pourquoi choisir ce livre? 

  • Parce que des romans sur des jeunes Français qui rejoignent Daesh, il y en a plein, mais que celui-ci dévoile comment l’entourage d’une adolescente de 16 ans a vécu sa transformation et sa décision.
  • Parce que tour à tour, le narrateur devient sa famille, ses amis, son prof, son ancien petit copain, ses camarades de classe et la cellule de désembrigadement.
  • Parce qu’on a beau savoir que l’enrôlement pour la Syrie se joue beaucoup sur les réseaux sociaux, on s’étonne de leur puissance grâce à des discussions minutieusement détaillées.
  • Parce que l’auteur n’omet pas d’aborder le rôle de ces «étrangers» une fois en Syrie.
  • Parce que le style et le vocabulaire changent en fonction du narrateur pour s’approcher toujours plus de la réalité. On pense alors facilement à l'un de nos proches, qui pourrait être n’importe lequel de ces personnages.

>> A lire aussi : «L'installation de la peur» de Rui Zink, satire d'une société terrifiée par elle-même

L'essentiel en 2 minutes:

L’intrigue. Dans la banlieue du Mans, Maëlle va au lycée où elle est bonne élève et excelle au handball. Elle vit avec sa petite sœur et sa mère, ses parents ont divorcé, elle ne voit plus trop son père. Mais voilà: elle s’est toujours révoltée contre l’injustice, alors quand sur Facebook, des «sœurs» lui parlent des massacres en Syrie, elle décide de tout changer.

Les personnages. Bien sûr, il y Maëlle, qui pourrait être votre ancienne meilleure copine ultra engagée, intelligente, sportive et sensible. Mais il y aussi Céline, cette maman qui fait tout pour joindre les deux bouts, Redouane qui aimait le foot et les pétards et qui a fini en prison à côté d’Orléans, Amina qui considère Maëlle comme une traître, même si elle lui manque, et tous les autres qui l’ont croisée…

Les lieux. La banlieue du Mans, où Maëlle a grandi. La Syrie, où elle a rencontré son amie, Amina et son mari, Redouane. Sa chambre, où elle doit rester. La gendarmerie, où elle doit pointer trois fois par jour depuis. 

L’époque. 2014-2015. Dans l’actualité. 

>> A lire aussi : Laurence Tardieu évoque le bonheur malgré le terrorisme dans le roman «A la fin le silence»

L’auteur. Photojournaliste et écrivain, Patrick Bard a fait des frontières et des femmes son thème favori. Prix Michel-Lebrun, Brigada 21 et Ancres Noires pour La Frontière, il est déjà l’auteur d’une vingtaine de romans.

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…