« Dans l’Autre qu’on adorait », Catherine Cusset se penche délicatement sur le suicide d’un de ses amis

ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si L'Autre qu'on adorait de Catherine Cusset est le livre qu'il vous faut...

Laurent Bainier

— 

Catherine Cusset, l'Autre qu'on adorait (Gallimard)

Catherine Cusset, l'Autre qu'on adorait (Gallimard) — 20 Minutes

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, L'Autre qu'on adorait de Catherine Cusset chez Gallimard (304 pages, 20€)

Une citation :

« Echouer, il n’y a pas de verbe dont la multiplicité de sens soit plus appropriée à ton cas : 1) ne pas réussir ; 2) toucher le fond par accident et couler ; 3) s’arrêter dans un endroit par hasard et sans l’avoir voulu. »

Pourquoi choisir ce livre :

  • Parce qu’en réinventant avec beaucoup de sensibilité la vie et la mort d’un de ses meilleurs amis, qui a choisi de se suicider à 39 ans, Catherine Cusset renoue de la plus belle des façons avec l’autofiction.
  • Parce qu’il aurait suffi que Thomas renonce à ses projets funestes pour devenir le héros de toutes les FailCons de la planète. Son parcours semé d’échecs et de ratés est à lui seul une réponse à la question qui a rendu riche Raj Raghunatan : « si vous êtes si intelligent, pourquoi n’êtes-vous pas heureux ? »
  • Parce que L’Autre qu’on adorait est aussi l’Autre qu’on connaissait tous, l’ami solaire qui captait tous les regards et s’est lentement éclipsé, Vernon Subutexisé par une époque où l’on consomme de l’expérience plutôt qu’on ne la construit. C’est peut-être le moment de l’appeler pour s’assurer que tout va bien…

>> A lire aussi : Dans «Babylone», Yasmina Reza met en scène une soirée de sexa qui dégénère

L’essentiel en 2 minutes :

L’intrigue. Un soir de 2008, Thomas Bulot, étudiant prometteur devenu prof dans une université américaine de seconde zone, met fin à ses jours. Sa meilleure amie et ex-amante, rembobine le film tragicomique de son existence.

Les personnages. Thomas aurait pu faire Normale. Il aurait pu être prof à Princeton. Il aurait pu trouver le grand amour. Il est entré à Sciences-Po, il a enseigné à Reed College, a vécu de belles histoires de cœur. Aux échecs, les fous sont les plus près des rois.

Les lieux. Paris, New York, Portland, Salt Lake City, Richmond… De la « Ville lumière » à la «  Ville rivière », la noyade au programme.

L’époque. Des années 1980 à 2008, la lente sortie d’orbite d’un astre brillant.

>> A lire aussi : Pour son premier roman, Line Papin propose un «Eveil» poétique et enflammé

L’auteur. Normalienne, prof d’université à Yale pendant plus de dix ans, aujourd’hui auteure à temps plein, Catherine Cusset a eu l’occasion de faire le plein d’histoires qu’elle livre à travers le pan autofictionnel de son œuvre (Jouir, Confessions d’une radine). L’Autre qu’on adorait figure dans la première sélection du Goncourt, du Femina et du Renaudot.

Fiche réalisée par la rédaction de 20 Minutes. Pour rejoindre notre club de lecture, surveillez notre rubrique livres. Plus d’infos prochainement…