"Oumma : un grand reporter au Moyen-Orient" de Alfred de Montesquiou chez Seuil (Paris, France)

0 contributions
Publié le 18 avril 2013.

Résumé

«Des présidents de la République aux bergers nomades, du Maroc au Pakistan, des zones de guerre les plus féroces aux scènes de liesse les plus folles, j'ai eu la chance de travailler presque partout dans le monde arabe, d'y croiser des gens exceptionnels et d'y vivre les moments les plus historiques de ces dernières années. J'ai été blessé, j'ai perdu plusieurs collègues et amis, dont un très proche, j'ai vu souffrir et mourir plus de monde que je n'aurais cru possible en une vie entière. Mais pour toutes ces difficultés, il y a également une vraie joie à être journaliste. Être payé pour voyager et pour écrire : que demander de plus ?»

AdM

Alfred de Montesquiou a vécu au Caire, à Alger et Khartoum. Correspondant de guerre, il a suivi les Forces spéciales américaines au Mali, la Légion étrangère en Afghanistan et circulé dans le désert avec les rebelles du Darfour, avant de couvrir les révolutions du Printemps arabe en Tunisie, Libye, Égypte et Syrie... Il se passionne pour ces terres arabo-musulmanes, cette communauté d'hommes et de femmes qui cherchent à présent à affirmer leur liberté et qui forment, malgré leur grande diversité, un tout cohérent : l'Oumma. En racontant son métier de grand reporter, Alfred de Montesquiou partage ainsi son amour pour ces pays.

Alfred de Montesquiou est né à Paris en 1978. Il est diplômé en sciences politiques de l'IEP de Paris, en philosophie de la Sorbonne et en journalisme de l'université de Columbia à New York. Il a travaillé de 2004 à 2010 pour l'agence Associated Press, d'abord au desk Europe-Afrique de Londres, puis comme correspondant en Haïti. Il a ensuite été reporter de guerre, basé au Caire, puis chef correspondant pour le Maghreb. Depuis 2010, il est grand reporter pour le magazine Paris Match. Il est lauréat du prix Albert Londres 2012 pour ses reportages sur la révolution en Libye.

La revue de presse : Marc Sich - Paris-Match, avril 2013

"Oumma" est un livre sur la terreur viscérale et l'impuissance. Celle des populations confrontées à la violence, acteurs et victimes réunis, et celle du témoin de l'horreur, le reporter. Dans le sillage de «"Putain de mort" de Michael Herr, le livre culte du conflit vietnamien. «Oumma» - il tenait à ce titre - est un terme qui se traduit mal en un mot. Il désigne à la fois la nation, la religion et un territoire dont le Moyen-Orient et la moitié de l'Afrique sont la majeure partie. Plus qu'un nébuleux "monde arabe" ou "monde musulman", c'est une "communauté" dans laquelle Alfred de Montesquiou semble avoir voulu se fondre. Pour la comprendre, non pour y barouder. Il l'a arpentée sans idées préconçues et à grandes enjambées; c'est ainsi qu'il pense et c'est ainsi qu'il marche. "Oumma" est un livre dépourvu de l'arrogance de l'Occident, sans louvoiement condescendant, sans rodomontade. Cela suffirait à faire de ce recueil de reportages dans ces régions en turbulence l'un des plus intéressants de ces dernières années...
"Oumma" a tout pour faire école. De ce point de vue, c'est un grand livre.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires

en partenariat avec 20minutes.fr
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr