"Tes yeux poussent la porte du monde" de Pierre Vavasseur chez Doucey éditions (Paris, France)

en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Tes yeux poussent la porte du monde

Tes yeux poussent la porte du monde — Le choix des libraires

Résumé

«Bâtir sur une faille
écrire court
convaincu que ce qui est bref
est appelé à moins souffrir»

Bien des lecteurs connaissent le reporter des pages Culture du quotidien Le Parisien. D'autres écoutent ses chroniques à la radio. Quelques-uns ont même eu la chance de l'entendre entonner des chansons d'amour à la guitare. Un homme singulier et pluriel, Pierre Vavasseur ? Oui, à condition de ne pas oublier le poète dont j'ai le bonheur de publier le premier recueil. Le titre est beau, les textes le sont aussi. Ils parlent avec justesse de ce qui ne souffre aucun bavardage : les blessures secrètes, l'enfance à quai, la brûlure des départs, la vie qui court «d'une nuit à l'autre sans réponse». La poésie de Pierre tient dans cette tension entre la parole et le silence, l'énergie et le chagrin, la solitude fondamentale des êtres et leur soif intense de partage. Avec des mots simples, elle nous rappelle que l'étonnement libère et que les yeux nous tiennent lieu de serrure.

Pierre Vavasseur est né en 1955 à Chalon-sur-Saône. Journaliste de formation, il travaille pour la presse écrite (Le Parisien/Aujourd'hui en France) et la radio (France Inter et France Info). Il est par ailleurs l'auteur de plusieurs romans aux éditions Lattes, parmi lesquels Un manque d'amour et Recommencer, et de chansons d'amour qu'il fait entendre dans des récitals. Tes yeux poussent la porte du monde est son premier recueil de poèmes.

° L'entrée en poésie d'un homme de presse ° Un recueil de poèmes aux mots justes, entre douleur et douceur de vivre

Courrier des auteurs le 09/01/2014

PIERRE VAVASSEUR chante à "La Pierre du Marais", le 14 janvier à 20h, 51 rue de Bretagne, Paris 3

1) Qui êtes-vous ? !
Bonne question. Je cherche. Mais sans doute quelqu'un qui se lève chaque matin avec un but, écrire un livre qui parle aux gens, mais n'a peur ni de la patience ni des chemins de traverse. Encore moins de ceux qui ne mènent nulle part. Sinon, un homme qui n'a pas fini de digérer ce dessert à reculons que l'on appelle l'enfance.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
L'absence, l'amour, l'inquiétude.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Le titre.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Du clavecin mal tempéré.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La douceur du silence. La voix qui vient du dedans. Les images intraduisibles.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
La pizzeria du coin avec un coup de mauvais rosé. Mon estomac résiste à tout. Le bruit des autres.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
C'est un mot qui me semble inadéquat. L'inspiration est plutôt une expiration. Mais un mot entendu, un visage croisé, un instant de fébrilité...

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Oui. C'est exactement ça. Et je me suis aussi dit immédiatement : "mais ça prendra du temps".

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Vous allez rire. Ou ne pas me croire. A treize ans, Georges Bataille, emprunté à la bibliothèque ; et simultanément Marcel Pagnol. A la bibliothèque de l'école, j'ai voulu choisir "Le rouge et le noir" mais un professeur me l'a ôté des mains. "C'est trop tôt". Du coup, j'ai attendu trente ans...

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
A nous poser les questions que ce monde cherche à nous cacher. A s'interroger sur Dieu.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Essentielle. Un voyage sur place. Une escale qui va loin. Et ce papier qu'on respire comme le parfum d'une fleur singulière.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires

Mots-clés :

Aucun mot-clé.