"Orchidée fixe" de Serge Bramly chez Lattès (Paris, France)

0 contributions
Publié le 15 janvier 2013.

Résumé

«Il avançait dans l'air brûlant de cet après-midi de mai, en bras de chemise, son échiquier sous le coude, selon une trajectoire dont la courbe allait infléchir son destin, modifier le nôtre, et le mien par ricochet, sans doute pour longtemps, je n'ose dire pour toujours.
Marcel Duchamp, son mouchoir sur la tête, descendant la route sablonneuse de la plage d'Aïn Sebaa, c'est à mes yeux la scène pivot, l'instant fondateur.
Il y était. Quelques marches encore. J'en arrive presque à me figurer son expression, sur le seuil, lorsqu'il a écarté le rideau de perles de l'Éden.»

Né en 1949 à Tunis, Serge Bramly est romancier et essayiste. Son précédent livre, Le Premier Principe, Le Second Principe (Lattes, 2008), a reçu le prix Interallié. Avec Orchidée fixe, il nous plonge dans l'univers du génial Marcel Duchamp, et mène une fascinante enquête, des faubourgs de Casablanca jusqu'aux montagnes du Colorado, sur les hasards et les rendez-vous qui tracent une vie.

La revue de presse : Alexandre Fillon - Lire, septembre 2012

En 1942, l'artiste Marcel Duchamp fuit l'Occupation et débarque à Casablanca : à partir de ce postulat, Serge Bramly interroge les hasards d'une vie et d'une époque trouble...
Avec subtilité, Serge Bramly récrée une époque et cherche à assembler les pièces d'un puzzle fascinant. Le résultat donne un roman lumineux sur le hasard des rencontres et les aléas de l'existence.

La revue de presse : Philippe Dagen - Le Monde du 30 août 2012

Le passage au Maroc, en 1942, de l'inventeur du ready-made donne à Serge Bramly le motif d'un excellent roman à tiroirs et à clés. Marcel Duchamp débarque à Casablanca, en provenance de Marseille, le 21mai 1942. Il y demeure quelques semaines avant de pouvoir partir vers New York, où il parvient fin juin. Ces journées d'attente au Maroc sont très mal connues : un blanc dans une vie que les biographes ont tenté de recomposer en détail. Serge Bramly a pris possession de ce vide pour y loger une fiction aussi vraisemblable que savante...
Orchidée fixe peut aussi se lire comme une réflexion très ironique sur la notion de preuve en histoire, sur le genre de la biographie farcie de notes comme il s'en publie tant, et sur le fétichisme qui s'attache aux grands hommes et induit leurs admirateurs à les grimer - à les métamorphoser à leur guise. Bramly, lui, ne se cache pas, joue franchement - et gagne. Aragon a écrit jadis Henri Matisse, roman. Cet excellent livre pourrait donc s'intituler " Marcel Duchamp, roman "...

La revue de presse : Marine de Tilly - Le Point du 20 juillet 2012

Autodidacte, iconoclaste, touche-à-tout (et réussit-tout), Serge Bramly avait depuis toujours une obsession, une orchidée fixe : dédier un livre à son idole, Marcel Duchamp, dont les oeuvres et autres mémoires savantes colonisent la bibliothèque...
Ainsi, dans Orchidée fixe (calembour emprunté aux notes de l'artiste), Bramly mêle son histoire à celle de Duchamp, à travers deux narrateurs liés, eux aussi, au peintre : la petite-fille d'un homme qui avait hébergé Duchamp, alors qu'il avait échappé au camp de transit près de Casablanca où il avait été interné, après avoir fui l'occupation allemande. Et un universitaire français, enseignant dans le Colorado, que les recherches ont lancé sur les traces de Duchamp. Un roman à quatre voix, même si celle de l'auteur se devine plus qu'elle ne s'affirme. Une histoire de passion, de rencontre, "de milieux et d'époques qui se croisent dans une longue suite de causes et d'effets". L'émouvante déclaration d'amour, surtout, et d'estime du disciple à l'endroit de son maître.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires

en partenariat avec 20minutes.fr
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité

Top 5 des vidéos partagées
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr