"Dieu n'est même pas mort" de Samuel Doux chez Julliard (Paris, France)

0 contributions
Publié le 15 janvier 2013.

Résumé

Quoi de plus éprouvant que de se voir confier l'organisation des funérailles d'une grand-mère redoutable qui n'a pas cessé de vous empoisonner l'existence ?

Elias peut comprendre qu'on se suicide lorsqu'on habite à Poitiers ; le jour de Yom Kippour, jour du Grand Pardon, passe encore ! Mais est-il vraiment préparé à affronter une lettre d'adieu d'un mètre cinquante et rédigée au marqueur rouge ? À la disparition d'une bague séculaire, sertie de diamants, qui doit lui revenir enfin ? À une pénurie de chambres d'hôtel dans une ville que personne ne devrait visiter ? À l'étrange rencontre avec une charmante Bulgare ? Et, pour finir, à la découverte bouleversante du plan machiavélique mis en oeuvre par sa grand-mère pour mettre fin à ses jours ?

Le temps des obsèques, Elias va convoquer la mémoire de ses aïeux pour comprendre le poids que l'Histoire a fait peser sur sa famille et vivre enfin en paix avec ses fantômes.

Samuel Doux a trente-huit ans. Dieu n'est même pas mort est son premier roman.

Le choix des libraires : choisi le 15/01/2013 par Max Buvry de la librairie VAUX LIVRES à VAUX-LE-PÉNIL, France

Elias doit se rendre à Poitiers pour l'enterrement de sa grand-mère qui s'est suicidée. Une grand-mère que tous les voisins estimaient souriante, aimable... alors que redoutable, elle a exercé tout son talent pour empoisonner l'existence de ses proches («Même disparue, ma grand-mère est comme un tissu rêche.»). Ce suicide le jour du Yom Kippour, à Poitiers, accompagné d'une longue lettre d'adieu écrite en rouge et qui règle quelques comptes, incite Elias à convoquer la mémoire de ses aïeux pour mieux appréhender l'histoire familiale, une histoire qui va de pair avec l'histoire des pays qu'elle traverse. Une suite de tableaux éclaire cette saga familiale sur trois générations et son passé mais aussi l'Histoire (Pologne, Russie, France, Occupation...) avec comme point d'ancrage la grand-mère. Un passé qui ne passe pas, qui reste présent, que l'on peut seulement espérer accepter pour finalement errer dans ce labyrinthe le sourire aux lèvres.

Courier des auteurs le 12/09/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Bientôt un homme. Quelqu'un qui ne peut pas vivre sans monde parallèle. Un impatient.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La famille, la mémoire, les histoires & l'Histoire

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Fallait-il que tout le monde soit mort pour que je commence à vivre ?"

ou
"Les familles, c'est comme le papier tue-mouches, lorsqu'il y en a une d'ouverte tout le monde vient s'y coller."

ou
"Ma grand-mère nous a exterminé pour soixante-dix mille euros."

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une musique moderne incapable de se défaire de ses origines.
L'artiste méconnu So called, mais aussi le rock sensuel des Kills.
Et du violon, n'importe quel violon.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le sourire, le rire même que toutes tragédies devraient nous donner puis un sentiment de soulagement et de fraternité.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires

en partenariat avec 20minutes.fr
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr