"Les clés de la rue Charlot" de Nic Sirkis chez Chèvre-feuille étoilée (Montpellier, France)

0 contributions
Publié le 11 mars 2013.

Résumé

Nic Sirkis propose avec ses Clés de la rue Charlot (située dans le Marais à Paris) une déclinaison en kaléidoscope des épisodes qui ont marqué les moments-charnières - initiatiques et fondateurs - de son itinéraire. Elle a toujours jeté des clins d'oeil au hasard, aux cycles des saisons, des humeurs, des lunes et des soleils, qui - tels des cartes à jouer - se répondent dans ce livre qu'on peut entamer indifféremment côté soleil ou côté lune...
Cet ouvrage-puzzle, désir de bousculer les indifférences, écrit dans un style parfois très cru mais toujours poétique, traduit une dévorante énergie de vivre.
Récits du quotidien, avec ses joies et ses espoirs, ses peines et ses interrogations, témoignages d'une femme qui essaye d'apprivoiser et discipliner ses émotions et nous les offre en partage.

Livre-puzzle qu'on peut entamer indifféremment côté soleil ou côté lune...
Dans un style parfois très cru mais toujours poétique, l'auteure nous livre des récits-témoignages du quotidien des années 80, avec ses joies et ses espoirs, ses peines et ses interrogations.
Dans ces pages, on accouche, on fait le marché, on entre dans les classes de maternelle, on marche sur la lune, on se rencontre, on se quitte, on se retrouve pour mieux se perdre...

Nic Sirkis vit à Paris. Prof des écoles, elle a publié des textes en vers ou en prose dans différentes revues. Elle a aussi étudié le Théâtre à la fac Paris 8 Vincennes et réalisé un Master 2 développant le concept de «Sérendipité».

Courier des auteurs le 11/09/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis une boule de nerfs, une mouche du coche qui se coince comme un grain de sable dans les rouages des débats où elle n'est pas invitée... Une réactive à 200% face à toutes les violences des déconvenues. Je suis une femme point d'exclamation qui ne sais pas baisser la voix et à qui, déjà, la maîtresse, à l'école maternelle, scotchait en travers de la bouche un sparadrap pour lui clouer le bec !

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est que le sentiment d'abandon vécu dans la toute première enfance est irrémédiablement tatoué dans la chair de nos mémoires.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
... Soulever la coquille (côté «lune» page 91) ou Tes murs sont de traviole, tes angles ne sont jamais droits (...) tes horizontales sont des pentes très douces (à la fin de la Colique de mélancolie...)

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Peut-être le Concerto d'Aranjuez de Joaquim Rodrigo, mais aussi la ballade de Porque te vas que j'ai découverte en 1976 dans Cria Cuervos, le film de Carlos Saura...
Ce titre extrait du proverbe ibérique Cria cuervos y te sacarãn los oyos signifie : Elève des corbeaux et ils t'arracheront les yeux.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
En priorité, j'aimerais partager avec les lecteurs l'impulsion, l'impulsion des émotions, mon désir de foncer, de m'accroupir pour me caler les plantes de pieds dans les starting-block, d'inspirer une grande bolée d'air et de bondir, de me lâcher pour écrire encore tant de choses qui se bousculent et déchirent à l'intérieur.

Retrouvez la fiche complète sur le choix des libraires

en partenariat avec 20minutes.fr
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité

Top 5 des vidéos partagées
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr