Julien Pilette, fondateur d'une société de recyclage, et sa femme Chloé, jouent les bâtisseurs.
Julien Pilette, fondateur d'une société de recyclage, et sa femme Chloé, jouent les bâtisseurs. - M.Libert / 20 Minutes

Nicolas Montard

Une maison écolo, à deux pas de Lille-Europe, c'est le pari de Julien, Chloé et Milie Plume, leur fille. Enfin, cette dernière n'a pas son mot à dire : à un an et demi, elle va juste regarder ses parents bâtir leur propre habitation au cœur du quartier Caulier, rue des Dondaines. « Je veux construire la maison moi-même, mais pas seul », explique Julien Pilette, 33 ans.

Autoconstruire malin
Le projet se veut participatif. « Nous avons créé un blog pour raconter les différentes étapes de notre projet : le dépôt du permis de construire, le choix des matériaux », raconte-t-il. La petite famille invite les internautes à donner leur avis, à partager leurs savoirs pendant que les plus bricoleurs sont conviés à donner un coup de main à l'édification de cette maison de 130 m2 sur quatre niveaux. « Seuls la structure en ossature bois, les quatre murs, ainsi que la toiture, seront réalisés par des professionnels. Le reste sera réalisé en autoconstruction. » Montant programmé des travaux : 130 000 €, sueur comprise. « Je veux montrer aux gens qu'il est possible de construire une maison écolo en pleine ville. » Avec un peu de débrouillardise. La famille fait, par exemple, appel à une société d'informatique libre, Scil, chargée d'étudier et de tester un système écolo. Echange de bons procédés, Scil apparaîtra sur le blog de Milie Plume*, comme sponsor. L'art d'autoconstruire malin.

L'agriculture aussi

Les projets participatifs ont la cote dans la région. Un agriculteur d'Ambricourt, près de Fruges, dans le Pas-de-Calais, vient de recevoir 8 000 € de dons d'internautes via la plateforme de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank. Il va ainsi s'acheter une machine agricole pour pouvoir développer son activité.