Le bassin minier honoré

0 contributions
Publié le 2 juillet 2012.

Patrimoine Le territoire est devenu patrimoine de l'Unesco, samedi

Mine réjouie pour l'association Bassin Minier Uni (BMU). L'ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais a été officiellement inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco samedi, lors d'une réunion des pays membres à Saint-Pétersbourg, en Russie. Le lendemain, ce sont quatre sites miniers belges qui obtenaient, à leur tour, la même consécration. Une première dans le monde pour un bassin industriel. L'an dernier, le dossier nordiste n'avait finalement pas été retenu.

« Pas une réserve indienne »
Plus de vingt ans après la fermeture du dernier puits à Oignies, ce sont donc 353 sites ou constructions qui entrent dans ce patrimoine historique au titre de « paysage culturel évolutif vivant ». Il s'agit de 17 fosses, 21 chevalements, 51 terrils, 3 gares, 124 cités, 38 écoles, ou encore des églises et des salles des fêtes sur un territoire qui s'étend sur 120 km, soit 87 communes entre Enquin-les-Mines à Condé-sur-l'Escaut. « C'est une énorme émotion parce que cette inscription élève au rang d'exceptionnelle et d'universelle la vie ordinaire de milliers de mineurs », souligne Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle et président de BMU.
Ce dernier avait lancé le défi en 2003, avec le soutien de Pierre Mauroy, alors président de la Communauté urbaine de Lille. « Cela a demandé beaucoup de travail pour préparer les élus, mais le vent a tourné et l'arrivée du Louvre-Lens fait partie de cette dynamique », expliquait l'an dernier, lors de la première tentative, Frédéric Kowalski, chargé d'étude en patrimoine à l'association La Chaîne des terrils. « L'objectif n'est pas de figer le territoire en réserve indienne, lance Jean-François Caron. Mais les élus et les acteurs économiques doivent se servir de cette reconnaissance pour lancer une nouvelle phase de reconversion. » Le défi n'est pas terminé.

Gilles Durand
contestation

En 2009, lorsqu'il avait fallu inscrire 69 bâtiments à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques dans le cadre de ce projet, certains élus avaient montré leur désaccord, craignant trop de contraintes d'urbanisme.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr