Longues de 8 m seulement, les navettes peuvent transporter une quarantaine de passagers.
Longues de 8 m seulement, les navettes peuvent transporter une quarantaine de passagers. - M. Libert / 20 Minutes

Olivier aballain

Du neuf dans le Vieux-Lille. La navette du Vieux-Lille a été officiellement lancée vendredi. Martine Aubry n'est pas la dernière à vanter les mérites de cette nouvelle ligne circulaire, qui sillonne le quartier en 25 minutes depuis la place Rihour, le tout pour le prix d'un ticket ZAP (0,70 €). « Depuis que je suis arrivée à Lille en 1994, je pensais mettre ce service en place », s'est félicitée la présidente de Lille Métropole. La desserte du secteur le plus commerçant et le plus touristique de la ville faisait partie des exigences de la communauté urbaine pour la nouvelle délégation de service public signée avec Transpole en 2011. Jusqu'à présent seules les lignes 6 et 14 l'effleuraient sur le côté Est.
Cette fois le transporteur a innové, puisque les usagers pourront rejoindre le bus n'importe où, d'un simple signe du bras. « A part le long de l'Esplanade où c'est trop dangereux, le chauffeur s'arrête à la demande. C'est un mode d'exploitation inédit pour nous, sur lequel nous avons placé des chauffeurs expérimentés », confirme Hervé Lanco, le directeur général de Transpole. Les cinq mini-bus commandés pour l'occasion roulent au gaz et ont coûté 190 000 € pièce.

Un bus toutes les dix minutes
« C'est quasiment du sur-mesure », insiste Hervé Lanco, qui table sur 800 passagers par jour. La fréquence visée est d'un passage toutes les dix minutes. « C'est une bonne nouvelle car ça manquait pour aller faire une course sans la voiture », confie Alice, une mère de famille rencontrée rue de la Clef. Quant à Didier Joseph-François, une figure du quartier, il juge l'esthétique « plutôt réussie, une bonne surprise ».
Mais le scepticisme domine chez cette commerçante de la rue Basse : « Je me demande comment il va circuler, ici aux heures de pointe plus rien ne passe ». « C'est vrai que c'est parfois embouteillé, reconnaît Marc Bodiot, le président du conseil de quartier. Mais il ne faut pas être trop pressé, en 25 minutes ça devrait aller. »
A l'horizon 2020, Transpole espère faire passer la part des déplacements en transports en commun dans l'agglomération à 20 %, contre 10 % en 2006.