Les femmes peu défendues

0 contributions
Publié le 22 juin 2012.

Politique Les législatives n'ont pas fait progresser la parité dans le Nord

Trente-trois députés dans la région, et seulement cinq femmes élues. Pas mieux qu'en 2007, lors des dernières élections législatives. « C'est une calamité ! s'exclame Anne-Marie Marmier de l'Observatoire régional de la parité. Nous ne pouvons que constater l'hypocrisie des responsables politiques locaux, gauche et droite confondues. » Car avec 40 % de femmes candidates au 1er tour des législatives, 25 % au second tour et seulement 15 % d'élues, les statistiques démentent les bonnes intentions. « Un député homme élu sur trois entame son quatrième mandat. Aux femmes les circonscriptions difficilement gagnables, aux hommes les rentes de situation », note l'universitaire.

Système de bonus-malus
Mais comment faire progresser la parité ? A gauche, on souhaite largement recourir à la loi. Audrey Linkenheld, nouvelle députée PS de la métropole, propose des mesures radicales, comme « supprimer le financement public aux partis qui ne présentent pas 50 % de candidates aux élections législatives, sénatoriales et territoriales » et instaurer un « système de bonus-malus aux fédérations PS ». Arnaud Marié, vaincu sous l'étiquette Front de Gauche du côté d'Armentières, souhaiterait mettre en place un « scrutin proportionnel avec obligation de respecter la parité ». Seule Sandrine Rousseau, candidate des Verts dans le Valenciennois, va plus loin, préconisant que « le financement public ne soit accordé qu'aux partis obtenant au moins 40 % de femmes élues ». De son côté, la droite régionale préfère l'incitation à la contrainte. « Il faut attendre que les mentalités changent », note Jean-Pierre Decool, député-maire (UMP) de Brouckerque, dans le Nord. Plus pessimiste, Françoise Hostalier, députée sortante UMP de la 15e du Nord, ne voit pas de solution pour l'instant, à part « inciter les femmes à s'engager dès le lycée, notamment à travers les cours d'éducation civique et les encourager à ne pas se cantonner aux tâches de secrétariat dans les partis politiques. »

Gaëtane Deljurie
une élite toujours aussi élitiste

Toujours pas d'ouvriers, ni d'employés élus dans le Nord. Les députés nordistes restent majoritairement des professeurs. Seuls trois n'appartiennent pas aux catégories socio-professionnels supérieures : Rémi Pauvros (animateur socio-culturel), Alain Bocquet (éducateur spécialisé) et Brigitte Bourguignon (agent territorial).

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr