L'affaire des huit infanticides avait choqué toute la région.
L'affaire des huit infanticides avait choqué toute la région.

Olivier aballain

Dominique Cottrez pourrait bientôt être remise en liberté sous contrôle judiciaire. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai a renvoyé vendredi sa décision au 22 juin, concernant la demande de remise en liberté formulée par l'auteur présumé de huit infanticides découverts en juillet 2010 à Villers-au-Tertre.

Sous le contrôle d'un bracelet
Comme pour les précédentes demandes, le procureur de la République à Douai, Eric Vaillant, s'était opposé à la remise en liberté, notamment en raison du risque de « trouble à l'ordre public » qu'elle représente. Il avait été suivi, dans un premier temps, par le juge des libertés. Mais cette fois, après quasiment deux ans de détention provisoire, la chambre de l'instruction a semble-t-il écarté l'argument.
En effet, le délai fixé au 22 juin doit permettre la conclusion d'un rapport sur la faisabilité d'une mesure de surveillance électronique de Dominique Cottrez. En clair, il s'agit pour les magistrats de statuer sur une éventuelle libération sous le contrôle d'un bracelet électronique. L'enquête devra notamment déterminer si le bracelet est compatible avec l'état de l'aide-soignante de 47 ans. Le procès n'aura pas lieu avant 2013.

Faits

Dominique Cottrez est accusée d'avoir tué huit bébés à la naissance, tout en le cachant à son entourage. Certains faits pourraient être prescrits.