Vendredi dernier, Martine Aubry a réitéré son soutien à l'écologiste Slimane Tir (à g.) lors d'un meeting à Roubaix.
Vendredi dernier, Martine Aubry a réitéré son soutien à l'écologiste Slimane Tir (à g.) lors d'un meeting à Roubaix. - M.Libert / 20 MinutesM.Libert / 20 Minutes

Gilles Durand

A gauche toute ! Jeudi soir, la première secrétaire du PS, Martine Aubry tenait meeting au Zénith avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour soutenir les candidats socialistes. Les quatre circonscriptions de l'arrondissement de Lille détenues par le PS ont peu de chance de changer de couleur. Néanmoins, le torchon brûle dans la 8e entre le député sortant socialiste et le candidat écologiste adoubé par le PS en vertu d'un accord.
1re circonscription : Lille centre, sud et sud est, Haubourdin (116 000 habitants)
A moins d'une épidémie de peste sur le versant sud est de Lille, on ne voit guère comment le socialiste Bernard Roman (ci-dessous) ne pourrait être réélu sur cette circonscription qu'il a remportée trois fois depuis 1997, la dernière avec plus de 60 % des voix au second tour. En 2000, il avait annoncé qu'il prendrait sa retraite politique à 60 ans. Il ne les aura que le mois prochain. Il est donc candidat. Sur sa route : Hervé-Marie Morelle (UMP) et Brigitte Mauroy (Gauche Moderne). Le premier connaît quelques soucis avec la démission de son mandataire financier et une plainte d'un ancien de l'UMP. « On cherche à me nuire parce que je représente un avenir pour la droite lilloise », confie-t-il. La seconde s'appuie sur les commerçants en organisant des barbecues.
2e circonscription : Lille est, Villeneuve-d'Ascq

(137 000 habitants)
Le territoire est clairement à gauche. Le député sortant (PS), Bernard Derosier ayant jeté l'éponge, reste, aujourd'hui, à savoir si le rose domine toujours le vert ? Face à face, deux adjoints à la mairie de Lille : Audrey Linkenheld (PS) et Eric Quiquet (Verts). « ça se passe bien, il n'y a pas de confrontation directe », se réjouit l'entourage de la maire de Lille. L'UMP Caroline Boisard-Vannier se contentera de jouer les arbitres, même si elle y croit : « J'espère être au second tour. Après, tout est possible. »
8e circonscription : Roubaix centre, est et nord

(121 000 habitants)
Dans ce bastion très ancré à gauche, paradoxalement, tout peut arriver. En vertu des accords entre le PS et Europe Ecologie Les verts (EELV), l'écologiste Slimane Tir, conseiller municipal à Roubaix a obtenu l'investiture du PS, provoquant la colère du député sortant, le maire (PS) de Dominique Baert. Ce dernier a donc choisi de le défier en candidat dissident et il y a fort à parier qu'aucun des deux ne s'efface pour l'autre au second tour. Dilemme pour les militants socialistes. En face, Françoise Colzaet (FN) et Salima Saa (UMP) pourraient aussi se maintenir au second tour au vu des résultats à la présidentielle et profiter de la querelle.
11e circonscription : Armentières, Lomme, Lille sud ouest (138 000 habitants)
Elu avec 52,3 % des voix en 2007, le maire PS de Lomme, Yves Durand, brigue un quatrième mandat contre Thierry Pauchet (NC) et Nathalie Acs (FN). En cas d'une possible triangulaire, la réection semble d'ores et déjà assurée pour le socialiste.