Kucheida s'était imposé en 2008.
Kucheida s'était imposé en 2008.

Olivier Aballain

C'était annoncé. Le député-maire de Liévin, Jean-Pierre Kucheida, a été exclu du PS mardi soir. La décision, prise par le bureau national du parti, fait suite à la dissidence de l'élu, qui a déposé sa candidature le 18 mai contre Nicolas Bays, investi par le PS. Symboliquement, c'est une page qui se tourne dans le Pas-de-Calais, où les réactions divergent.

« Décision tardive » pour l'UMP
Catherine Génisson, la patronne du PS 62, s'est d'ailleurs étonnée que l'exclusion ait été annoncée dès mardi matin par David Assouline, le secrétaire national à la communication du parti. « C'est extraordinaire de l'annoncer avant même le vote du bureau national. » De même son prédécesseur à la tête du PS dans le Pas-de-Calais, Serge Janquin, assure que certains militants sont « sidérés » et estime que la présomption d'innocence « doit jouer ». Ce n'est pas le même son de cloche du côté de l'UMP, dont le patron départemental Daniel Fasquelle critique une « décision qui arrive bien tard ». « Il est un peu facile pour le PS de se refaire une virginité par l'exclusion, après avoir laissé faire certaines pratiques pendant des années. » Le maire de Loos-en-Gohelle, Jean-François Caron (EELV), souligne la « clarté du PS qui exclut tous les dissidents ». Mais il « attend de voir, car l'histoire nous apprend que celui qui gagne finit par être réintégré ». En 2008, Kucheida avait conservé la mairie de Liévin dès le 1er tour avec 74,8 % des voix.

Enquête

Le parquet de Douai a ouvert le 6 mars une enquête préliminaire sur l'utilisation supposée à des fins personnelles, par Jean-Pierre Kucheida, d'une carte bleue de l'organisme HLM Soginorpa, pour des dépenses atteignant 47 000 €.