Même sans coffee-shops, les joints tournent encore« Wietpas » ou pas, la douane veille toujours

0 contributions
Publié le 29 mai 2012.

société Les Nordistes s'adaptent aux nouvelles règles néerlandaises

Jusqu'au 1er mai, les clients nordistes se comptaient encore par milliers chaque fin de semaine, dans les files d'attente des coffee-shops aux provinces frontalières des Pays-Bas : Zélande, Limbourg et Brabant. Depuis, le gouvernement libéral a fait voter une loi qui limite la vente de cannabis aux seuls ressortissants néerlandais porteurs d'une carte d'approvisionnement, la « wietpas ».

Les dealers reviennent
Dès 2014, elle sera réclamée partout aux Pays-Bas. A la consternation des tenanciers de coffee-shop. « J'ai perdu plus de 50 % de ma clientèle », explique l'un d'eux, installé à Breda. « Mes habitués Belges et Français venaient s'approvisionner une ou deux fois par semaine. Plusieurs concurrents ont déjà mis la clé sous la porte. On place notre dernier espoir dans les législatives en septembre, si la gauche revient, elle fera peut-etre machine arrière ».
Chez les fumeurs nordistes, cependant, la wietpas ne suscite guère d'émoi. « Les dealers de rue reviennent en force en Hollande », explique Mario, musicien lillois qui dit consommer une dizaine de grammes d'herbe par semaine. « A vingt mètres des coffee-shop, ils vendent exactement les memes produits. Et pour fidéliser la clientèle ils offrent en prime un peu de coke ». « De toute manière, ajoute Fred, autre adepte du pétard, il y a amplement ce qu'il faut pour se fournir à Lille ». Selon Philippe Dupond, psychothérapeute de l'association de prévention lilloise Spiritek, la réforme des coffee-shops intervient dans « un contexte de banalisation du produit, qui touche environ un garçon de dix-sept ans sur deux et une fille sur trois dans la région. Pour eux, la prohibition est incompréhensible. Fumer est devenu anodin, voire ennuyeux. En ce moment, c'est l'amphétamine qui est populaire ».Du coté des douaniers, régulièrement postés à la frontière sur l'E 17 et l'E 42, la nouvelle loi néerlandaise ne bouleverse pas la routine. « Nous poursuivons les contrôles comme auparavant. On s'intéresse de toute façon relativement peu aux chauves-souris, comme on surnomme les fumeurs qui rentrent des Pays-Bas à l'aube avec les yeux rouges, s'amuse Guy Jean-Baptiste, directeur régional des douanes. Notre cible c'est le gros trafic international. » Du reste, malgré la proximité avec les Pays-Bas, le cannabis n'est pas la substance préférée des passeurs. « A poids égal, il est plus volumineux donc plus complexe à dissimuler » explique Simon Decressac, chef du Pôle Contrôles. En 2011, les plus gros coups de filet des douanes ont concerné d'autres produits, dont 440 000 cachets d'ecstasy interceptés en avril. Et si les douaniers voient apparaître des substances exotiques comme le khat, une amphétamine naturelle venue du Yémen, l'alcool et le tabac restent des « valeurs sûres » de la contrebande. 54 tonnes de cigarettes et plus de 100 000 litres d'alcool ont été saisis dans le Nord en 2011.A. P.

Antoine PEcquet
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr