L'avenir risque de s'assombrir pour la Soginorpa, gestionnaire de 62 000 logements de l'ancien bassin minier. Un audit financier, réalisé par un expert et réclamé par la CFDT, était présenté hier au comité d'entreprise. Le rapport confirme les critiques formulées en septembre 2010 par la chambre régionale des comptes sur la gestion hasardeuse de ce patrimoine immobilier issu des Charbonnages de France et évalué à 2,4 milliards d'euros.

Des contrats spéculatifs
D'après l'expert financier, la Soginorpa sera, à l'échéance 2014, incapable de rembourser les 458 millions d'euros qu'elle doit à l'Epinorpa. Cet établissement public, qui est rattaché à la région Nord-Pas-de-Calais et a été créé pour racheter la Soginorpa en 2002, a en effet contracté un emprunt pour financer ce rachat. D'après la CFDT, la situation financière de la Soginorpa risque d'hypothéquer de nombreux projets de rénovation (environ 12 000 logements concernés) et de « mettre en péril l'emploi des 880 salariés ». Tout en reconnaissant le « rôle social » du gestionnaire immobilier, le rapport déplore le manque de « transparence financière » et dénonce les « contrats spéculatifs » souscrits depuis 2002 (lire ci dessous). Il faudrait huit ans de chiffre d'affaires pour rembourser l'ensemble des dettes financières. Contactée, la direction de la Soginorpa n'était pas disponible, hier.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé