C'est un peu le sauveur des entreprises en difficulté. Depuis deux mois et demi, Maurice Wonner, directeur régional de la Banque de France, joue le rôle de « médiateur du crédit » : il est le dernier recours entre les entreprises et les banques qui leur refusent un prêt. Et malgré la morosité ambiante, Maurice Wonner dresse un premier bilan encourageant : « Dans le Nord, nous n'avons reçu que 99 dossiers éligibles. Ce nombre très faible prouve que les banques jouent le jeu. En fait, les cas qui nous parviennent ne présentent aucune solution spontanée et demandent une réflexion plus approfondie. »

Principal motif de refus : la demande de crédits supplémentaires pour conforter le fonds de roulement ou l'investissement. Sur ces 99 dossiers, 58 sont encore en cours de traitement. Parmi les 41 dossiers instruits, 23 ont abouti à une issue négative. Seuls dix-huit cas ont donc amené les banques à revoir leur position de façon favorable. Un volte-face qui s'explique parfois par une extension des fonds de garantie de l'établissement public de financement, Oséo. Mais le plus souvent, c'est l'incidence sociale d'une fermeture qui joue sur la décision finale. Sur les 99 cas examinés, plus d'une trentaine concerne des entreprises de plus de dix salariés. ■ Gilles Durand