Mini-tornade d'Hautmont: «On a retrouvé des camions friterie dans les champs»

TEMOIGNAGES La mini-tornade a été extrêmement localisée...

Valérie Zoydo et Mathieu Grégoire

— 

Les pompiers extraient le corps d'un adjoint au maire d'Hautmont, l'une des quatre victimes de la mini-tornade, qui a dévasté tout un quartier de la ville hier soir.

Les pompiers extraient le corps d'un adjoint au maire d'Hautmont, l'une des quatre victimes de la mini-tornade, qui a dévasté tout un quartier de la ville hier soir. — AFP PHOTO / François Lo Presti

«C’est la fin du monde» s’est dit Carole, 37 ans, une habitante de Hautmont, dans le Nord. La mini-tornade qui a frappé dans la nuit de samedi à dimanche les quatre communes du département a particulièrement touché la cité de de 16.000 habitants au sud-est du département. La tempête semble cependant avoir été très localisée: certains n’ont rien senti, d’autres ne s’attendaient pas à une telle violence. «J’habite dans le centre d’Hautmont, on ne s’est rendu compte de rien», raconte à 20 minutes.fr un boulanger. «Je n’ai compris que ce matin en allumant la radio.» La cité Exotique et la rue Aimé-Collet sont les quartiers les plus sinistrés.

«Une aspiration», «un énorme souffle»

C’est dans cette rue qu’habite Carole avec son conjoint. Elle confirme à 20minutes.fr la violence de la tornade: «Nous étions à l’étage en train de regarder la télé. L’électricité s’est coupée par à-coup. Et puis plus rien. Nous avons ensuite senti comme une aspiration, un énorme souffle extrêmement bruyant. On a vraiment eu l’impression que la maison allait s’envoler. On était terrorisé, j’ai dit à mon conjoint: c’est pas possible, c’est la fin du monde.»

100 mètres plus bas , se trouvait Abdelkader Lazar, propriétaire du restaurant Le Petit Palais. Il était auprès de ses clients à 23h: «On l’a échappé belle. Tout d’un coup, l’éclairage a sauté, on s’est retrouvé dans un noir complet. Puis les portes se sont violemment ouvertes, il y avait un vent impressionnant. C’est ce souffle qui m’a fait vraiment peur.»




Cinq minutes de tornade, des dégâts impressionnants


Les dégâts sont impressionnants, selon le restaurateur: «La tornade a duré cinq minutes. A la fenêtre, on voyait les arbres valser, des branches dans tous les sens. Toutes les maisons de la rue Aimé-Collet ont vu leur toit arraché. Les fenêtres ont été soufflées dans la cité Exotique. Des voitures ont été renversées. On a même retrouvé des camions friterie dans les champs. Et il faut pourtant y aller pour bouger de tels véhicules…»

Frédéric Divina, conseiller municipal d’opposition (PS) d’Hautmont, confirme l’état de «désolation dans la cité Exotique»: «Le quartier ressemble à un territoire de guerre, on dirait qu’il y a eu un bombardement. Une dizaine d’immeubles et des logements sociaux ont été touchés. Mais ce sont surtout des vieilles maisons du Nord qui ont été détruites. Sur deux rues, elles sont toutes par terre. Il y a des voitures sur le flanc, sur le toit.»

«Il pleut dans la maison»


Carole, de son côté, a également constaté l’étendue des dommages mais préfère rester optimiste: «Nous avons été moins touchés que d’autres voisins de la rue: certains sont obligés de partir.» Pourtant, le bilan reste conséquent: sa maison a perdu une partie de sa toiture, le cerisier du jardin «est coupé en deux», des «fenêtres des voisins ont atterri dans le jardin, «la voiture n’a plus de pare-brise» et …. «il pleut dans la maison».

Enfin, l’hôpital-maison de retraite a également été très touché. Une partie de la toiture des bâtiments administratifs et de certaines chambres ont été soufflées. «Nous avons été obligés de déplacer des patients vers d’autres services», explique une employée de l’hôpital. Et de poursuivre: «Heureusement, il n’y a pas eu de blessés.»

Mots-clés :