Loin des yeux, loin du cœur. C’est pour lutter contre cet adage que la Métropole européenne de Lille (MEL) a décidé d’installer une délégation permanente à deux pas du Parlement européen, à Bruxelles.

Initier de nouveaux partenariats

Alors que Lille attend fébrilement la décision pour savoir si, oui ou non, elle accueillera l’Agence européenne du médicament (AEM), le conseil communautaire a décidé de faire acte de présence permanente au chevet des instances européennes. Cela se traduit par l’investissement d’un bureau, « en plein cœur du quartier européen », par une équipe de lobbyistes chargés de « renforcer les liens entre la MEL et les institutions européennes et d’initier de nouveaux partenariats », précise un communiqué, envoyé ce mardi.

>> A lire aussi : Pourquoi Lille pourrait remporter le gros lot de l'Agence du médicament

L’ambition est-elle de faire, dans un premier temps, la nique aux autres villes européennes ayant déposé un dossier pour l’AEM ? Sans doute, Damien Castelain, président de la MEL, reconnaissant lui-même « un contexte très concurrentiel où toutes les métropoles européennes renforcent leurs positions ». D’autant que le verdict pour l’AEM doit tomber dans moins de deux semaines.

La délégation sera pilotée par Christophe Bolot, ancien directeur du développement économique de la MEL. Les bureaux seront mis à la disposition « des partenaires de la MEL », comme les universités ou les pôles de compétitivité.