Lille: La Police judiciaire démantèle un (très) gros trafic de stupéfiants

ENQUÊTE Une quinzaine de personnes ont été interpellées, dont le chef présumé du réseau, un quadragénaire fiché au grand banditisme…

Mikael Libert

— 

Un enquêteur de la police judiciaire (illustration).

Un enquêteur de la police judiciaire (illustration). — Elisa Frisullo / 20 Minutes

La police judiciaire (PJ) de Lille vient de boucler une (très) belle enquête qui aura tout de même duré six mois. Mais le jeu en valait la chandelle. Au cours de plusieurs opérations dans la métropole lilloise et en Belgique, menées depuis samedi, 15 individus suspectés d’appartenir à un réseau international de trafic de stupéfiants ont été interpellés.

La PJ avait lancé cette enquête au printemps 2017 en prenant pour objectif un individu connu du service et fiché au grand banditisme. Les policiers le soupçonnaient « d’avoir une activité intense d’importation de produits stupéfiants sur la plaque lilloise ».

70kg de cocaïne et 20kg d’héroïne en six mois

Malgré des surveillances rendues difficiles par l’aspect frontalier, leur cible navigant entre la France et la Belgique, les policiers de la PJ ont réussi à montrer que l’équipe avait importé, sur six mois, pas moins de 70kg de cocaïne et 20kg d’héroïne sur la plaque lilloise à raison de plusieurs voyages par semaine. La marchandise était écoulée en priorité dans le quartier de Lille-Moulins et Fives, mais aussi dans d'autres communes de la métropole comme Roubaix. Selon la police, le réseau pouvait même descendre jusqu'au Mans.

Samedi dernier, la Police judiciaire a finalement tapé son principal objectif, la tête de pont présumée du réseau, alors qu’il revenait justement d’un approvisionnement en Belgique. L’individu, âgé de 42 ans et résidant à Lille, a été retrouvé porteur de 5kg de cocaïne. Il avait déjà été, par ailleurs, condamné pour des faits similaires

De la drogue, des armes et de l’argent

Le jour même et les suivants, les policiers ont interpellé, dans la métropole lilloise et en Belgique, une quinzaine d’individus soupçonnés d’appartenir à ce réseau. Tous sont défavorablement connus des services. La PJ a saisi 11 kilos de cocaïne, 12 armes longues (dont des armes de guerre), un pistolet automatique Glock, 10.000 euros en liquide et 600.000 euros d’avoirs criminels, dont des biens immobiliers, des comptes bancaires et une Mercedes AMG d’une valeur de 60.000 euros.