Nord: Dix individus soupçonnés de violentes opérations de home-jackings

FAITS DIVERS La police a fait coup double en arrêtant les auteurs présumés de home-jackings et en démantelant un réseau qui revendait les véhicules volés lors des opérations violentes…

Gilles Durand

— 

Les clés et le matériel retrouvés lors des perquisitions.

Les clés et le matériel retrouvés lors des perquisitions. — DIPJ

Les « home-jackings » pour braquer les voitures se multipliaient depuis plusieurs mois. La sûreté départementale et la police judiciaire (PJ) viennent de mettre la main sur un réseau soupçonné d’opérer principalement dans l’arrondissement de Lille, annonce, ce vendredi, la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Un suspect arrêté à Fos-sur-Mer

Quinze personnes ont été interpellées, mardi, à Lille, Roubaix, Leers et Villeneuve d’Ascq. Un seizième individu a été arrêté à Fos-sur-Mer où il s’était « mis au vert depuis quelque temps », précise la DDSP. Certains sont accusés de faire partie des équipes de braquages, les autres de participer à la revente des véhicules volés.

>> A lire aussi : Traumatisé par un home-jacking, le footballeur Obbadi quitte Lille et signe à Nice

« La PJ enquêtait sur les home-jackeurs tandis que la sûreté départementale était sur un trafic de voitures. Les deux enquêtes ont été réunies », explique-t-on à la PJ.

De nuit et en force dans les maisons

« Le mode opératoire des malfaiteurs consistait à pénétrer de nuit et en force, en donnant des coups de pied dans la porte, au domicile des victimes et en les menaçant avec des couteaux ou des bombes lacrymogènes avant de leur voler leurs clés de véhicules et de partir avec », précise la DDSP.

En 2016, 42 agressions de ce type ont été répertoriées dans le Nord et pas moins de 40 depuis le début de l’année, la plupart du temps, dans la métropole lilloise. « L’identification de l’équipe a été difficile car elle employait alternativement tel ou tel individu en fonction des disponibilités de chacun », souligne la PJ.

En parallèle, une autre équipe dérobait aussi des voitures de milieu ou de haut de gamme (entre 25.000 et 60.000 euros) sur la voie publique et s’était spécialisée dans la revente.

Une somme de 29.150 euros en liquide

Les voitures étaient maquillées et des démarches administratives permettaient d’obtenir de nouveaux papiers et de blanchir ainsi les voitures volées. Celles-ci étaient vendues sur l’agglomération de Lille, en région parisienne, mais aussi exportées vers le Maroc via l’Espagne.

Deux véhicules retrouvés lors des perquisitions.
Deux véhicules retrouvés lors des perquisitions. - DIPJ

Les perquisitions ont permis de découvrir de nombreuses clés de voitures, des cartes grises, ainsi que la somme de 29.150 euros en liquide. La police impute six faits de home-jacking et une quinzaine de recels de vols à cette bande. Dix individus, dont deux mineurs, entre 17 et 22 ans, ont été présentés devant un juge d’instruction en vue d’une mise en examen.