Wazemmes: Les travaux des halles retardés, les commerçants s'impatientent

ECONOMIE Avec la ville de Lille, ils organisent le lancement d'un village éphémère...

Julie Goujon

— 

Depuis le 4 juillet, les Halles de Wazemmes sont en travaux.

Depuis le 4 juillet, les Halles de Wazemmes sont en travaux. — Julie Goujon

  • Les travaux de rénovation des Halles de Wazemmes ont été retardés.
  • Les marchands prennent des initiatives pour maintenir leurs commerces à flot.

La fermeture ne devait durer que sept semaines. En rénovation depuis le 4 juillet, les Halles du marché couvert de Wazemmes à Lille n’ont pas rouvert le 18 août, comme cela était prévu. La mairie a annoncé un retard officiel de deux semaines, dû à des manquements de l’entreprise qui mène le chantier. Mais les commerçants commencent à trouver le temps long.

>> A lire aussi : Les halles de Wazemmes devraient ouvrir mi-juillet

Les échoppes s’étaient calées sur ces sept semaines d’interruption. « On n’était pas prêts pour quatorze semaines d’interruption », s’exclame Benoît Canis, de chez Vert’Tige, sur le ton de la plaisanterie. Certains marchands, comme Jean-Pierre Foret d’Au petit poissonnier, viennent quand même vendre leur marchandise sur le marché extérieur. « Evidemment il a fallu faire des concessions », sourit ce dernier.

Une situation « critique »

Pour Emmanuelle Kean de La fromagerie au cœur de Lille, « [la situation] devient critique » car en plus du manque à gagner, survient le risque de perdre des clients durablement.

Les commerçants bénéficiaient jusqu’alors d’une indemnisation (à hauteur de 50 % de leur marge brute moyenne sur trois ans), mise en place par la ville. Le versement de cette aide cessera à la fin du mois d’août.

>> A lire aussi : Et maintenant, Aubry veut aussi l'encadrement des loyers commerciaux à Lille

Dans un communiqué, la Ville fait valoir qu’un « dialogue régulier a été maintenu avec les commerçants durant l’été ». De fait, l’installation d’un village éphémère à l’extérieur, sur la place de la Nouvelle-Aventure, a été décidée en accord avec la municipalité. « La priorité de la ville reste de permettre aux commerçants une reprise rapide de leur activité », rappelle-t-elle.

Ouvert aux horaires habituels des Halles, le marché intérieur « extériorisé » devrait permettre un certain retour à la normalité. « C’est le minimum vital pour garder contact avec les clients », explique Benoît Canis. « Il va falloir les réhabituer à venir chez nous », renchérit le poissonnier.

Un village éphémère

Cependant, tout le monde ne compte pas participer à ce marché provisoire, qui change les habitudes de travail. « Travailler en extérieur, sous tente ou dans des camions magasins, ça modifie le processus de vente. Certains d’entre nous ont un peu peur de se planter », déclare Benoît Canis.

>> A lire aussi : Les commerçants de Lille s’écharpent autour du plan de déplacements

La mairie met à leur disposition des équipements (barnums…), mais pour avoir un matériel adapté à leur activité, une majeure partie des commerçants devront investir eux-mêmes. Pour Marie-Laure Therby de la Crémerie des Halles, « rien n’est très organisé ». « Et puis c’est très compliqué au niveau de la logistique. Nous, nous n’avons pas les moyens de louer un camion. On ne sait pas ce qu’on va faire », explique-t-elle.

Quant à la date de lancement, la ville de Lille a, pour l’instant, refusé que le village éphémère commence le week-end de la Braderie, pour des raisons de sécurité.