Nord: Il dénonce l’évasion fiscale, aucune banque ne veut financer sa campagne électorale

POLITIQUE Le sénateur communiste Eric Bocquet se retrouve sans possibilité d’ouvrir un compte de campagne pour se représenter aux prochaines élections sénatoriales…

G.D.

— 

Eric Bocquet, sénateur-maire (PCF) du Nord.

Eric Bocquet, sénateur-maire (PCF) du Nord. — Witt / SIPA

Y a-t-il un lien de cause à effet ? Le sénateur (PCF) du Nord, Eric Bocquet, candidat à sa réélection lors les sénatoriales qui auront lieu le 24 septembre, connaît des difficultés pour trouver une banque qui accepte de lui ouvrir un compte de campagne, selon La Voix du Nord. L’élu se demande si ce n’est pas lié à la sortie d’un livre, l’an dernier, dans lequel il dénonce l’évasion fiscale.

Un livre vendu à 11.000 exemplaires

Avec son frère Alain Bocquet, ancien député (PCF) du Nord, Eric Bocquet avait publié, en septembre 2016, Sans domicile fisc, un livre vendu, depuis, à 11.000 exemplaires. « J’espère que ce ne sont pas mes analyses sur l’évasion fiscale qui font fuir les banques », note l’élu communiste.

>> A lire aussi : L'évasion fiscale expliquée dans un livre écrit par deux parlementaires

Car pour les sénatoriales, comme pour les législatives, la loi impose désormais l’ouverture d’un compte de campagne. Problème pour l’élu qui est aussi maire de Marquillies, près de Lille, aucune banque ne souhaite lui ouvrir un compte, ni lui accorder le moindre prêt. Pour financer sa campagne, Eric Boquet a besoin d’environ 29.000 euros.

« Ce genre de prêt peut ne pas intéresser une banque »

« Je comprends que ce genre de prêt peut ne pas intéresser une banque, mais cette disposition existe dans la loi. Il faut quand même donner, au nom de la démocratie, la possibilité à un candidat de faire campagne », explique-t-il au quotidien régional.