Lille : Violé dans le Jardin Vauban, un jeune homme tient à témoigner

SOCIÉTÉ Un étudiant lillois a été victime d’une agression sexuelle le soir de la Fête de la musique…

Mikael Libert

— 

Le jardin Vauban, à Lille.

Le jardin Vauban, à Lille. — M.Libert / 20 Minutes

  • Le jardin Vauban est situé près de la Citadelle et de la Deûle, à Lille
  • L’agresseur de l’étudiant n’a pas encore été interpellé
  • Selon la mairie, ce parc n’est pas plus dangereux qu’un autre

Les Lillois qui affectionnent les longues soirées d’été au jardin Vauban vont-ils devoir changer leurs habitudes ? Un étudiant de 22 ans a porté plainte la semaine dernière, après avoir été violé dans ce parc municipal lillois, en marge de la Fête de la musique. L’agresseur n’a pas été retrouvé.

Un couteau sous la gorge

Le jeune homme, étudiant à Lille, était sorti en compagnie de quelques amis pour profiter des concerts. Alors que le petit groupe se trouvait à proximité de la citadelle, il dit s’être écarté quelques instants pour aller uriner dans le jardin Vauban, non loin du canal de la Deûle.

« Je suis jeune, je sais me défendre et je pratique le judo, jamais je ne pensais pouvoir risquer quelque chose », explique-t-il. Un homme a surgi derrière lui, un couteau à la main. Plaçant l’arme sous la gorge de sa victime, l’individu l’a violée à plusieurs reprises avant de prendre la fuite.

Le jeune homme a été conduit à l’hôpital Roger Salengro où un médecin légiste a relevé les éléments confirmant l’agression. Une enquête a été ouverte. Malgré l’absence de description précise de l’agresseur, outre que celui-ci parlait mal le français, les policiers disposent néanmoins de son ADN, recueilli sur les vêtements de la victime.

Un endroit « pas plus dangereux qu’un autre »

Contactée par 20 Minutes, une source policière ne se souvient pas, de près ou de loin, de précédents de ce type dans le secteur. Néanmoins, l’agression de cet étudiant n’est pas sans rappeler les rumeurs qui ont circulé à l’époque de l’ affaire des noyés de la Deûle, en 2011. Mais les différentes enquêtes n’avaient apporté aucun élément probant pour étayer la thèse de l’agression à caractère sexuel.

L’étudiant violé, lui, veut « mettre en garde les jeunes sur les dangers de cet endroit la nuit ». Selon Marc Bodiot, adjoint à la sécurité à Lille, « ce parc n’est pas plus dangereux qu’un autre », affirme-t-il. Il n’est d’ailleurs pas prévu de mesure spécifique de sécurisation.