Lille: Le recteur est (très) confiant pour la rentrée 2017

EDUCATION Le recteur de l'académie de Lille a détaillé le fonctionnement de la rentrée 2017...

Olivier Aballain

— 

L'école primaire Littré à Lille expérimente le tableau numérique interactif.

L'école primaire Littré à Lille expérimente le tableau numérique interactif. — M.LIBERT/20 MINUTES

  • L’académie de Lille dédoublera toutes les classes de CP en secteur REP + dès la rentrée 2017
  • Le recteur souhaite « faire confiance » aux écoles

Fin de la centralisation place à la « confiance » dans le discours de l’Éducation nationale. Le recteur d’académie de Lille, Luc Johann, a détaillé ce jeudi les conditions dans lesquelles s’effectuera la rentrée de septembre, avec les aménagements prévus par le nouveau gouvernement.

>> A lire aussi : Blanquer annonce la création de 2.500 postes en éducation prioritaire

Les rythmes scolaires : attention à la précipitation. Le décret permettant aux écoles élémentaires de choisir un rythme concentré sur 4 jours plutôt que 4,5 ne date que du 28 juin. Aucune consigne particulière n’est plus donnée dans un sens ou dans l’autre. Mais en un seul jour, plus d’une vingtaine d’écoles ont déjà déposé une demande formelle d’aménagement.

>> A lire aussi :Evaluation scientifique, appel au boycott, l'école du samedi continue de diviser à Lille

Luc Johann prévient toutefois que les délais sont serrés pour ceux qui voudraient passer à quatre jours dès la rentrée 2017 : « Dans la plupart des cas, il sera difficile de prendre une décision avant la fin août », ce qui laisse peu de temps aux parents et aux collectivités pour s’organiser (transports, personnel…). « Le mot d’ordre est la confiance, résume le recteur. Si tous les élus et conseils d’école sont prêts, ça se fera. Sinon je leur conseille de se donner un an de plus ».

Les CP dédoublés : l’académie « met le paquet ». Sur le papier c’est simple : en septembre, 100 % des CP situés en zone REP + (156 écoles en zone d’éducation prioritaire renforcée) vont voir leurs effectifs divisés par deux, pour atteindre un maximum de douze élèves par enseignant.

>> A lire aussi : Comment Jean-Michel Blanquer compte diminuer les effectifs en éducation prioritaire?

Un total de 280 postes est consacré à cette réforme dès la rentrée. Les trois quarts (206) hériteront d’une classe dédoublée. Les autres (74), notamment par manque de locaux disponibles pour dédoubler, viendront épauler l’enseignant dans la classe existante (deux maîtres pour un effectif de 24).

Par ailleurs, dans les zones REP « simples », les 189 postes d’enseignant consacrés au dispositif « plus de maîtres que de classes » (un enseignant en plus qui tournait dans les CP/CE1) sont maintenus. « On a décidé de mettre le paquet sur le CP, passez-moi l’expression, parce que les études montrent que c’est ça qui produit les meilleurs résultats », commente Jean-Yves Bessol, adjoint du recteur en charge des écoles nordistes.

Collège : la réforme de la réforme. Le nouveau collège mis en place par Najat Vallaud-Belkacem sera « adapté » sous le nouveau ministre Jean-Michel Blanquer. Pour preuve les classes bilangues, qui seront de nouveau possibles sans dérogation. Une soixantaine d’établissements supplémentaires vont adopter le dispositif en septembre, portant le total à 160 alors qu’un tiers des collèges n’ont pas encore transmis leurs demandes. Ils étaient 228 avant le coup d’arrêt de 2015.

Quant au dispositif « devoirs faits », chaque établissement pourra l’adapter en fonction de ses besoins (et de ses moyens). « Là aussi on fait confiance, avec une petite aide si nécessaire », promet Luc Johann.