Lille : Un adjoint a soutenu Macron, Martine Aubry lui retire ses délégations

POLITIQUE Martine Aubry reproche à un membre de sa majorité municipale d’avoir soutenu Emmanuel Macron, et lui a retiré son statut d’adjoint…

Olivier Aballain

— 

Martine Aubry, maire (PS) de Lille, à la rentrée 2016.

Martine Aubry, maire (PS) de Lille, à la rentrée 2016. — M.Libert / 20 Minutes

La réaction de Martine Aubry n’a pas tardé. Cinq jours après le 2e tour des élections législatives, la maire de Lille a retiré sa délégation d’adjoint à un élu PS lillois qui avait soutenu le camp d’Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : Qui est Adrien Quatennens, nouveau député lillois de La France insoumise ?

Bernard Charles, l’élu concerné, a déploré une mesure « expéditive ». Il avait notamment soutenu le référent de La République en marche (LREM), Christophe Itier, dans la 1re circonscription du Nord, contre François Lamy, le poulain (PS) de Martine Aubry.

Pour Martine Aubry, il n’a « pas respecté les règles »

Elu conseiller municipal de Lille en 2001, 2008 et 2014 sous la bannière du Parti socialiste, Bernard Charles s’est vu retirer, vendredi, ses délégations d’adjoint au Développement durable et à l’Agenda 21.

Au conseil municipal du 20 juin (échange à suivre vers 2 h 45 min), Martine Aubry a justifié cette forme de sanction interne à la majorité, en estimant que l’élu subissait la « suite logique de son engagement en dehors du PS » dont il n’avait « pas respecté les règles ».

L’opposition et les élus EELV n’ont pas souhaité prendre part au vote. Sur les 38 élus PS, trois ont voté contre ce retrait de délégation, deux se sont abstenus.

Un autre macroniste poussé sur la touche

Un autre adjoint, Xavier Bonnet, qui avait lui aussi soutenu le macroniste Christophe Itier aux législatives, garde son statut mais perd l’épineux mais volumineux dossier du commerce, pour se voir confier la « politique mémorielle », notamment les commémorations du centenaire de 1918.

Pour ceux qui espéraient voir Martine Aubry passer l’éponge sur les législatives, c’est en tout cas raté.