Résultats législatives: Qui est Valérie Petit, la candidate (LREM) qui a défait Bernard Gérard ?

PORTRAIT Enseignante-chercheuse à l’Edhec de Lille, Valérie Petit (LREM) a battu un poids lourd local lors de sa première participation à une élection…

Gilles Durand

— 

Valérie Petit, candidate sous l'étiquette La république en marche, dans la 9e circonscription du Nord.

Valérie Petit, candidate sous l'étiquette La république en marche, dans la 9e circonscription du Nord. — G. Durand / 20 Minutes

La plus grosse surprise de ces législatives dans la métropole lilloise est venue de la 9e circonscription du Nord (Marcq-en-barœul).

Avec 52 % des voix, la candidate (LREM) Valérie Petit a battu Bernard Gérard, un des ténors des Républicains et député sortant depuis deux mandats. En 2012, il avait même été réélu avec 61 % des voix.

Novice en politique

Le maire de Marcq-en-Barœul, qui a failli être président de la métropole de Lille en 2014, laisse donc son fauteuil de l’Assemblée nationale à Valérie Petit, une novice en politique. Du moins en pratique puisqu’elle a commencé à étudier la politique à Science-Po Lille, il y a une quinzaine d’années. « J’ai découvert la ville à cette occasion », raconte cette mère de famille de 40 ans.

>> A lire aussi : Législatives: «On assiste à la transformation de l'exercice du pouvoir», pour la candidate En marche!

Elle parfait son apprentissage en communication politique au Celsa, une école parisienne très cotée. A l’époque, elle s’intéresse à deux hommes politiques dont elle étudie le parcours et les méthodes : Jean-François Coppé et Daniel Cohn-Bendit. « C’est à cause de ce travail qu’on m’a prêté une expérience chez les Verts, alors que ce n’était qu’un sujet d’étude », précise-t-elle.

Conseil en management d’entreprise

Sa spécialité, c’est de tenter de comprendre comment fonctionne le leadership, c’est-à-dire la capacité à diriger. Titulaire d’un DEA en psychologie sociale (EHESS) et d’un DESS en communication politique (CELSA), elle se lance quelques années dans le conseil en management d’entreprise avant que l’Edhec de Lille ne la recrute comme enseignante-chercheuse.

A 29 ans, elle se retrouve alors à la tête d’une chaire et dirige un nouveau centre de recherche. « L’exercice du pouvoir, je connais. J’ai l’habitude de porter la parole en public et de défendre mes idées. Ce travail de député ne me fait pas peur », assurait-elle à 20 Minutes avant son élection.

« Il faut faire preuve de pédagogie »

Valérie Petit espère voir l’exercice du pouvoir se modifier. « Depuis 20 ans, on voit une réforme de la gouvernance des dirigeants en entreprise, la politique est en train de vivre le même changement, note-t-elle. Il faut désormais expliquer ce qu’on fait et faire preuve de beaucoup de pédagogie auprès des électeurs ».

Expliquer les prochaines réformes promises par Emmanuel Macron, la nouvelle députée lilloise se dit prête à relever le défi.