Seclin: Accusé d’aide aux migrants, il se suicide en prison

FAITS DIVERS Le prévenu, de nationalité vietnamienne, était en détention provisoire depuis plusieurs mois…

M.L. avec AFP

— 

L'unité hospitalière spécialement aménagée de Seclin, près de Lille.

L'unité hospitalière spécialement aménagée de Seclin, près de Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Mercredi, à Seclin, un détenu Vietnamien, mis en cause dans une affaire d’aide à des migrants en situation irrégulière, s’est pendu dans sa chambre d’un hôpital psychiatrique pour détenus, a-t-on appris, mardi, de sources concordantes.

Des « problématiques psychologiques et psychiatriques »

« Le suicide a eu lieu dans une Unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA), une structure qui accueille des personnes détenues à l’occasion d’un placement psychiatrique », a expliqué à l’AFP Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires, confirmant une information de La Voix du Nord. « Ce monsieur avait des problématiques psychologiques et psychiatriques, il n’a pas laissé de lettre » expliquant son geste, a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : L'agriculteur Cédric Herrou condamné à 3.000 euros d'amende avec sursis pour aide aux migrants

Son avocat, maître Bruno Dubout, évoque « un énorme gâchis » alors que le trentenaire était « mis en examen pour des histoires très contestées d’aide aux migrants ».

Maintenu en détention

Après quatre mois de détention provisoire, le mis en cause a été à nouveau « maintenu en détention pour une nouvelle période de quatre mois » par le Juge des libertés et de la détention (JLD). Il a mis fin à ses jours « le jour où il a reçu son ordonnance », a précisé l’avocat.

« Cette affaire est révélatrice de la légèreté avec laquelle on place ces gens-là en détention », a dit maître Dubout, soulignant que ce ressortissant vietnamien était « inséré », vivant « chez une Française » portant assistance à des migrants vietnamiens présents sur une aire d’autoroute à hauteur d’Angres (Pas-de-Calais).