Oups ! La candidate En marche! n'avait pas le droit de lancer une cagnotte Leetchi

LEGISLATIVES La candidate En marche! de la 2e circonscription du Nord veut tenter une campagne «différente»…

Olivier Aballain

— 

La cagnotte Leetchi tentée par Houmria Berrada

La cagnotte Leetchi tentée par Houmria Berrada — Leetchi / Capture d'écran

  • Houmria Berrada, candidate LREM dans la 2e circonscription du Nord, a du stopper une cagnotte lancée sur Leetchi
  • Les règles de financement des campagnes électorales ne permettent pas ce type de financement participatif
  • Houmria Berrada tente de surmonter l’absence de soutien d’un parti installé

Elle n’a pas insisté. Houmria Berrada, candidate LREM (La République en marche) aux élections législatives dans la 2e circonscription du Nord, s’est essayée au financement participatif de sa campagne sur Leetchi. Mais elle a vite rétropédalé, car c’est interdit.

>> A lire aussi : Un député investi par LREM épinglé pour l'utilisation de son indemnité pour frais

« On n’a pas le financement des partis existants, donc l’idée c’est de faire campagne différemment », explique à 20Minutes la candidate, investie le 18 mai par la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron.

Une règle à changer ?

L’épisode Leetchi a été repéré par un soutien de sa concurrente LR, Florence Bariseau. « J’ai comme un doute, ce ne serait pas illégal d’utiliser le financement participatif pour financer une campagne électorale ? », s’interrogeait, le 23 mai sur Twitter, Sophie Lefebvre, jeune conseillère municipale LR de Villeneuve d’Ascq.

Un peu plus d’une heure plus tard, l’étudiante en Sciences Po recevait une réponse de la candidate En Marche, qui annonçait avoir « immédiatement supprimé » la campagne. Le mandataire financier d’Houmria Berrada concède la boulette. « On ne touchera pas les deux ou trois euros récoltés… Mais effectivement, tous les fonds de campagne doivent obligatoirement passer par le mandataire financier, ce n’est donc pas compatible avec ce type de cagnotte sur internet. C’est d’ailleurs une règle qu’il faudrait peut-être changer, si on veut changer le monde politique… »

Le PS est déjà en place

Houmria Berrada entend transformer en atout sa relative inexpérience politique (elle a été conseillère de quartier). L’absence d’un capital de départ pour son fonds de campagne l’empêche d’ouvrir un local ? Elle organise des réunions « chez les commerçants ». « Je préfère donner de l’argent à des gens qui travaillent ».

Globalement, elle espère dépenser « seulement » 30.000 euros, soit moins de la moitié du maximum autorisé dans la 2e circonscription (73.849 euros). « On a un budget calculé et remboursé par le contribuable [jusqu’à 47,5 % si le candidat dépasse les 5 %], la campagne doit être économiquement responsable », estime le mandataire financier.

>> A lire aussi : Martine Aubry «ne souhaite pas l’échec du président de la République», mais…

De même, l’obtention tardive de l’investiture présidentielle impose un temps de retard à Houmria Berrada pour l’impression des affiches et tracts de campagne. « Au PS [qui a investi la députée sortante, Audrey Linkenheld], ils étaient prêts dès le premier jour, ils sont sur le terrain comme jamais », assure la candidate, elle-même ancienne militante socialiste. Sur Facebook, la section PS locale fait savoir, quant à elle, que «les socialistes fivois ont toujours été sur le terrain, pendant ou en dehors des différentes campagnes électorales».

Prolonger l’élan des comités En marche ! de la Présidentielle

La solution ? S’appuyer « sur les réseaux sociaux » (comme presque tous les candidats en 2017), et surtout les « marcheurs », un peu plus de 200 hommes et femmes issus des comités formés pour la campagne présidentielle. D’ici dix jours, un événement festif rassemblant tout ce monde-là, « avec des femmes, et des enfants » doit permettre de renforcer l’élan.

Il reste à savoir si cela suffira d’ici au premier tour, le 11 juin. « Le mouvement En marche!, c’est aussi cette effervescence. Si on a été capable d’élire à la tête du pays un homme qui a construit son mouvement un an, on est aussi capable, tous ensemble, de proposer des choses et d’aller au bout de cette campagne », assure Houmria Berrada.

Houmria Berrada sera opposée à 15 autres candidats : M. Bousnane, V. Descamps, M. Dudenko, M. Leclercq, F. Bariseau, A. Linkenheld, H. Hardy, E. Ben Helal, U. Bernalicis, V. Chauchoy, M. Massabihi, P. Rougée, A. Beils, S. De Gouy et T. Gandrot.

Mise à jour 29/03: Ajout de la réaction des socialistes de Lille-Fives