Gouvernement: Xavier Bertrand dit avoir reçu des assurances sur le Canal Seine-Nord

TRANSPORTS Le prédident des Hauts-de-France a vérifié auprès d'Édouard Philippe que le projet de canal ne serait pas mis aux oubliettes...

Olivier Aballain

— 

Le tracé du canal Seine-Nord Europe

Le tracé du canal Seine-Nord Europe — 20 Minutes

Avec un maire du Havre installé à Matignon, le canal Seine-Nord avait encore de quoi se faire peur. Xavier Bertrand a rassuré son monde ce jeudi.

Le président (LR) du conseil régional des Hauts-de-France a affirmé qu’il avait obtenu d’Édouard Philippe, le nouveau premier ministre, l’assurance que le projet ne serait « pas remis en cause ». C’est la Voix du Nord qui rapporte cette annonce, effectuée devant les membres du conseil de surveillance du canal.

>> A lire aussi : Le Gouvernement met à flot la société du canal Seine-Nord

Les élus du Havre ont longtemps combattu le principe d’une liaison fluviale à grand gabarit entre le bassin parisien et le Nord, redoutant de voir Le Havre concurrencé en tant que point d’accès à Paris.

Édouard Philippe était violemment opposé au projet en 2015

Dans une tribune publiée en mars 2015 dans le journal Les Échos, Édouard Philippe lui-même dénonçait ainsi le cadeau fait « aux ports flamands et néerlandais, que nous aidons à capter une part encore plus importante des flux économiques maritimes, des activités et des emplois ».

Mais depuis, de l’eau a passé sous les ponts, et le projet de canal est entré dans une phase plus opérationnelle, avec notamment le lancement de sa société de projet en avril 2016, et la sécurisation des financements quelques mois plus tard.

Xavier Bertrand dit aujourd’hui avoir reçu l’appui du Premier ministre, « ainsi que du ministre du Budget Gérald Darmanin », ce dernier étant… son premier vice-président en charge des Transports.

>> A lire aussi : Manuel Valls veut que les travaux du canal Seine-Nord commencent début 2017

Le chantier du canal Seine-Nord, long de 107 kilomètres, devrait coûter 4,5 milliards d’euros. Environ 40 % de la facture devrait être assumée par l’Union européenne, le reste étant réparti entre l’État et les collectivités territoriales.