Lille: Les non-Lillois vont devoir payer plus cher pour fréquenter le conservatoire

ECONOMIE Malgré son rayonnement régional, le conservatoire de Lille est financé à 70 % par la ville qui a décidé de taxer désormais les élèves qui viennent d’ailleurs…

Gilles Durand

— 

Lille, le 26 avril 2011. Illustration de musiciens lors d'un stage d'improvisation de jazz au conservatoire.

Lille, le 26 avril 2011. Illustration de musiciens lors d'un stage d'improvisation de jazz au conservatoire. — M.LIBERT/20 MINUTES

  • Le tarif du conservatoire va passer à 1.866 euros par an pour les élèves qui n'habitent pas à Lille.
  • La ville de Lille supporte les frais de fonctionnement du lieu à 70 %.

Adepte du « vivre ensemble », la maire de Lille instaure désormais le « payer séparé ». Après le zoo de Lille devenu payant pour les non-Lillois en mai, c’est au tour du conservatoire de pratiquer la discrimination géographique à partir de la rentrée prochaine. Une décision dénoncée par plusieurs familles qui ont décidé de se défendre devant la justice.

Rayonnement régional

« Nous avons lancé une procédure de référé suspension auprès du tribunal administratif pour faire annuler cette décision injuste de la ville de Lille », annonce Me Marie-Anne Dreszer, avocate et parent d’élève du conservatoire.

Selon une délibération votée le 31 mars par le conseil municipal, les élèves qui résident hors de Lille, Hellemmes ou Lomme devront acquitter un droit de scolarité de 1.866 euros par an pour suivre les cours. « Jusqu’alors, les frais annuels se situaient entre 0 et 500 euros selon le quotient familial », souligne Pierre Otzenberger, représentant des élèves majeurs.

Plus de 200 élèves sont concernés

« Les parents ont été prévenus seulement lundi, au moment des inscriptions, s’insurge Marie-Anne Dreszer. Ça met en péril le cursus de certains élèves qui sont entrés sur concours ». Un peu plus de 200 élèves sont concernés par cette nouvelle mesure, soit environ 10 % des inscrits à ce conservatoire au rayonnement régional, mais au financement essentiellement local.

« La ville de Lille supporte 70 % du budget de fonctionnement, rétorque Marion Gautier, adjointe (PS) à la Culture à Lille. Il n’est pas normal que les Lillois financent par leurs impôts la scolarité des autres. Nous avons demandé aux autres communes de contribuer pour leurs élèves, mais elles ont refusé. »

Une grève le 24 mai

Ce n’est pas non plus du côté de la région qu’il faudra chercher la compensation financière. « Nous n’intervenons que dans le cadre de la formation professionnelle pour les élèves du 3e cycle », souligne le conseil régional.

De son côté, la Métropole de Lille verse un fonds de concours à la ville de Lille au profit de son conservatoire depuis 2003. En 2016, il se montait à 1 million d’euros sur les 8,2 millions de budget.

Le mercredi 24 mai, les professeurs ont programmé une journée de grève pour faire part de leur mécontentement.