Nord: L'usine Renault Douai sera à l'arrêt lundi après la cyberattaque

ECONOMIE La vague de cyberattaque qui a touché Renault oblige le constructeur automobile à laisser à l’arrêt son usine pendant une journée…

G.D.

— 

Illustration de l'usine Renault de Douai.

Illustration de l'usine Renault de Douai. — M.LIBERT/20 MINUTES

Le personnel a été prévenu par un SMS. La direction de l’usine Renault Georges-Besse, à Douai, dans le Nord, a décidé de suspendre la production de voiture sur le site, lundi, annonce La Voix du Nord. « Nous avons pris cette décision pour permettre aux équipes informatiques de poursuivre leur travail en vue de sécuriser la production », explique la direction.

Près de 3.000 salariés concernés

Ces équipes informatiques œuvrent depuis samedi pour éviter la propagation d’un virus, obligeant Renault et ses partenaires à stopper des chaînes de montage, en France et à l’étranger. Le constructeur automobile français a été touché par la vague mondiale de cyberattaques. Le site de Douai n’avait pas été paralysé car il ne produit pas pendant le week-end.

>> A lire aussi : La traque des pirates de la cyberattaque mondiale commence

Près de 3.000 salariés sont concernés par les mesures prises sur le site de Douai. La reprise du travail doit avoir lieu dans la soirée de lundi pour une équipe de nuit travaillant dans un atelier qui fournit des pièces pour d’autres usines Renault.

A l’usine MCA Maubeuge, qui produit aussi des Renault, la production devrait reprendre normalement, lundi matin.

Un logiciel qui rançonne

Cette cyberattaque a été perpétrée via un ransomware. Ce logiciel de rançon verrouille les fichiers des utilisateurs et les force à payer une somme d’argent sous forme de bitcoins, une monnaie virtuelle. En cas de refus, les pirates menacent de les supprimer.