Aisne : Un ado fait un canular aux gendarmes sur Facebook live

RÉSEAUX SOCIAUX Dans sa volonté de faire le buzz, le jeune homme n’a pas été déçu…

Mikael Libert

— 

Illustration sur le réseau social Facebook.

Illustration sur le réseau social Facebook. — M.Libert / 20 Minutes

N’est pas Jean-Yves Lafesse qui veut. Un adolescent de l’Aisne va payer cher son idée de vouloir faire le buzz sur les réseaux sociaux en montant un canular destiné aux gendarmes du département. Sa mauvaise blague s’est retournée contre lui.

Dans la soirée de jeudi à vendredi, un adolescent résidant dans l’Aisne semblait en panne d’inspiration pour tuer le temps. Selon les gendarmes, le jeune homme, « très impliqué sur les réseaux sociaux », a décidé de faire le buzz avec un canular téléphonique aux forces de l’ordre, le tout filmé sur Facebook live.

« Des cris de femme »

L’adolescent a donc contacté le Centre des opérations et du renseignement de la Gendarmerie de Laon et « motivé une intervention sur la commune de Marly-Gomont, au prétexte qu’il entendrait des cris de femme. » Ignorant que l’appel était une mauvaise blague, l’opérateur a immédiatement envoyé une patrouille de Gendarmerie sur place. Bien entendu, les militaires n’ont rien trouvé d’anormal.

>> A lire aussi : Seule chez elle, une fillette de 4 ans appelle les gendarmes parce qu’elle s’ennuie

L’histoire aurait pu en rester là, mais la gendarmerie explique que « des jeunes gens au civisme un peu plus prononcé » ont à leur tour contacté les autorités pour leur expliquer qu’il s’agissait d’un canular échafaudé par leur ami et diffusé sur internet.

>> A lire aussi : Meurtre sur Facebook Live, une chasse à l'homme dans tous les Etats-Unis pour retrouver le suspect

L’auteur présumé de la mauvaise blague a été rapidement identifié et interpellé à son domicile. « Il a été placé en garde à vue le matin même par les militaires de la communauté de brigades de Guise pour s’expliquer sur les faits », précise la gendarmerie. En guise de buzz, il n’aura récolté qu’une convocation devant le juge pour enfants le 10 mai prochain. Et ça, ce n’est pas une blague.