Lille: L'aide à l'achat booste les ventes de vélos

TRANSPORTS Depuis le 1er avril, les habitants de la métropole bénéficient d’une aide financière pour acheter un vélo du quotidien…

Clémentine Seltensperger avec O. A.

— 

Un vélo sur une piste cyclable à double-sens à Lille.

Un vélo sur une piste cyclable à double-sens à Lille. — M.Libert/20 Minutes

A fond les pédaliers. Depuis le 1er avril, les habitants de l’agglomération lilloise peuvent bénéficier d’une aide financière mise en place par la Métropole européenne de Lille (MEL) pour l’acquisition d’un vélo neuf.

« Avant on vendait deux à trois vélos par semaine. Depuis la mise en place de cette aide, en dix jours on en a vendu quinze » s’étonne Alexis Francke, vendeur chez Décathlon Mobility à la gare Lille Flandres. « On a multiplié nos ventes par cinq ».

Progression généralisée dans l’agglo lilloise

Le constat est identique au grand magasin B’Twin Village, où un responsable cité par La Voix du Nord évoque un « record » à 1.027 cycles vendus en une seule semaine, et chez Specialized, rue Gambetta à Lille.

C’était bien l’objectif visé par la MEL, dont la vice-présidente en charge des « modes doux » dit vouloir « susciter une prise de conscience chez les métropolitains pour qu’ils modifient leur comportement ». D’après Anne Voituriez, « pour les trajets courts, mieux vaut privilégier le vélo ».

Dans le centre lillois, la pratique cycliste avait déjà profité de la mise en place du nouveau plan de déplacements, en septembre : les comptages effectués à l’automne ont mis en évidence une hausse moyenne de 42 % par rapport à 2015.

Objectif : 10 % de part dans les déplacements

La métropole partait de loin, avec une proportion du vélo dans les déplacements quotidiens évaluée autour de 1,5 % dans la dernière enquête métropolitaine de 2016. L’objectif de la MEL est de la faire passer à 10 % d’ici 2020.

>> A lire aussi : L'usage du vélo en plein boom dans le sillage du nouveau plan de circulation à Lille

D’où la promesse de 100 km d’aménagements cyclables supplémentaires, et l’aide à l’achat de vélos conventionnels et électriques. Cette aide est fixée à 25 % du prix d’achat, avec un plafond de 150 euros pour un vélo sans assistance électrique et 300 euros avec assistance électrique.

Pour l’instant, la métropole indique vouloir distribuer les subventions dans la limite d’une enveloppe budgétaire de 100.000 euros.

« Les clients ne sont pas tous au courant que cette aide existe, explique pourtant Alexis Francke, chez Decathlon. J’ai moi-même fait la demande, je n’ai donc pas de difficultés à les renseigner. Après cela, ils achètent leur vélo dans l’immédiat pour avoir la facture et faire leur demande au plus vite. »