Le bus gratuit affiche des résultats épatants à Dunkerque

TRANSPORTS Le réseau de transports urbains de l'agglomération dunkerquoise se prépare au tout gratuit prévu en 2018...

Olivier Aballain

— 

Un bus de l'agglomération de Dunkerque

Un bus de l'agglomération de Dunkerque — CUD

Patrice Vergriete est ravi. Le maire (divers-gauche) de Dunkerque prévoit de rendre le réseau de bus entièrement gratuit en septembre 2018. Et il voit son choix renforcé par une étude portant sur la gratuité, déjà appliquée le week-end dans les bus de l’agglomération, depuis septembre 2015.

>> A lire aussi : En 2018, les transports publics sont entièrement gratuits à Dunkerque

Selon les résultats de cette étude, menée pendant six mois par le cabinet indépendant Vigs, la fréquentation a bondi de 78 % le dimanche et les jours fériés, mais surtout le nombre d’actes d’incivilité, lui, a chuté de 59 %.

Rencorcer le lien social

« Certains chauffeurs racontent qu’on leur dit davantage bonjour quand c’est gratuit », se félicite Patrice Vergriete. Selon le maire, la baisse des incivilités s’explique à la fois par un contentement généralisé (72 % des personnes interrogées estiment que la gratuité constitue une avancée), et par « la hausse du contrôle social, du fait qu’il y a davantage de monde dans le bus ».

L’élu met en avant le « renforcement des liens sociaux » que permet la gratuité : « Il y a des personnes âgées qui prennent le bus pour faire une balade, sans but précis, ou des usagers qui vont voir plus souvent leurs parents, des jeunes qui sortent davantage… »

>> A lire aussi : Comment améliorer le secteur des transports

Une bonne partie du pari de Patrice Vergriete repose sur cette hausse de fréquentation, qui atteint aussi 29 % le samedi. « Le fait de rendre le bus complètement gratuit coûtera 4,5 millions d’euros à la communauté urbaine, soit 10 % du budget total consacré aux bus. Mais si l’on divise le coût réel par le nombre de voyageurs, et que ce nombre augmente fortement, alors on aura un service plus efficace ». CQFD, sur le papier.

De l’argent pour investir

A la fédération des usagers des transports, Gilles Laurent est plus circonspect. « Ce modèle risque de priver les transports de revenus importants pour leur développement. Et il n’est pas applicable à Lille, où la billetterie assure une part beaucoup plus importante des revenus [30 % à Lille en 2014 soit 90 millions d’euros] ».

Il reste que, pour l’instant, la décision de Patrice Vergriete et de la communauté urbaine est plutôt une source de fierté pour l’agglomération : Dunkerque deviendra, en 2018, le plus peuplé des 29 territoires français à appliquer une telle mesure.

« Je suis souvent interpellé par mes collègues ou salué presqu’en héros par les associations, lors des congrès nationaux sur les transports », s’amuse Franck Dhersin, le maire divers-droite de Teteghem, qui est aussi président de la commission Transports au conseil régional. Lui n’observe cependant « pas vraiment » de report de la voiture vers le bus, parmi ses administrés : « Il faudra voir l’effet en semaine ». Membre de la large majorité de Patrice Vergriete à la communauté urbaine, il s’inquiète un peu « de l’absence de marge de manœuvre financière » qu’il restera sur les transports.

Pour autant, à court terme les fonds sont là : Dunkerque a entrepris 60 millions d’euros de travaux (dont 12 millions versés par la région) pour s’adapter au passage des bus. « Non seulement ils seront gratuits, mais aussi plus nombreux, et plus réguliers », promet Patrice Vergriete.