Des migrants s'introduisent dans un camion près de Steenvoorde, en mars 2017
Des migrants s'introduisent dans un camion près de Steenvoorde, en mars 2017 - PHILIPPE HUGUEN / AFP

« De toute façon, c’est un secteur devenu difficile pour le passage des poids lourds, » confie la Direction de la sécurité publique.

En pleine nuit, ce jeudi, des personnes migrantes venues du camp de la Linière, à Grande-Synthe (Nord), ont de nouveau posé des obstacles sur la chaussée, dans le sens de circulation Belgique-France, pour tenter de ralentir le trafic sur l’autoroute A16.

Deux assauts de 3h à 4h du matin

« Une centaine de personnes ont d’abord tenté d’envahir la chaussée vers 3h du matin, avant d’être délogés avec des gaz lacrymogènes », rapporte la direction zonale des CRS, confirmant une information publiée par la Voix du Nord.

>> A lire aussi : Dans le Nord, deux aires d'autoroute fermées pour limiter les incidents avec les migrants

Une première fois repoussés, les fauteurs de trouble sont revenus à la charge une heure plus tard, notamment en lançant des projectiles sur les CRS. L’un des véhicules de la compagnie, stationnée en permanence aux abords du camp de la Linière, a été endommagé avant la dispersion, une nouvelle fois obtenue à l’aide de gaz lacrymogène.

Aucun blessé n’est à déplorer, selon les CRS. Aucune interpellation n’est intervenue. « La priorité est donnée au dégagement de la chaussée », précisent les forces de l’ordre.

La veille, des vis sur l’autoroute

Les autorités avaient d’ailleurs déjà eu fort à faire dans la journée qui précédait, à la suite d’un autre incident intervenu sur l’A16 au niveau de Leffrincoucke-Coudekerque-Branche. Vers 10h30, les personnes montées clandestinement dans un camion ont pris l’initiative de balancer, par les portes, une partie de la cargaison formée d’objets métalliques.

>> A lire aussi : Un motard chute à cause des obstacles posés sur l'A16

Des vis, notamment, ont occasionné plusieurs crevaisons avant que la chaussée ne soit nettoyée par une balayeuse. « C’était probablement une préparation avant les incidents de la nuit », estiment les CRS.

Mots-clés :