Le bâtiment ShAKe, au bout du triangle Euralille
Le bâtiment ShAKe, au bout du triangle Euralille - Agence PCA/Stream
Lancer le diaporama

Le bâtiment est attendu des fanas d’architecture. La métropole lilloise a annoncé, mercredi soir, le lauréat du concours d’architecture qui clôturera, dès 2018, l’une des pointes du triangle des gares à Lille.

La parcelle de 6.000 m², dans la première tranche du quartier d’affaires Euralille, se situe à l’Est de la perspective de l’avenue Will-Brandt, en bordure du périphérique.

« Presque » 50 mètres de hauteur

Le projet ShAKe, mené par Nacarat et dessiné par les agences PCA-Stream et Topager, se présente sous la forme d’un imposant bâtiment dont la toiture végétalisée, en espalier, sera (au moins en partie) ouverte au public. L’immeuble s’insère presque naturellement dans le prolongement du parc des Dondaines, étendu sur la parcelle d’à côté.

La banque Caisse d’Épargne a déjà annoncé l’intention d’y déplacer son siège social, selon le site www.darchitectures.com. La construction devrait donc intervenir rapidement, dès 2018.

Une promenade perchée pour tout le monde

ShAKe comprend 26.000 m² de bureaux sur ses 30.000 m² de surface totale. Mais ce qui a séduit la SPL Euralille, l’aménageur du quartier, c’est le « mélange et le partage » qu’il permet « au-delà des espaces de travail », avec des espaces de « bien-être et de services ». Le nom ShAKE mélange d’ailleurs Share (partager) et Work (travailler).

Crèche, appart-hôtel, restaurants, espaces verts sont prévus sur place, tandis que les terrasses du toit végétalisé doivent former une « promenade où pourront se croiser usagers du bâtiment et public extérieur ».

Avec son altitude légèrement inférieure à 50 mètres, ShAKe échappe à une bonne partie de la réglementation spécifique aux plus hauts immeubles dits « de grande hauteur » (IGH). Il domine néanmoins nettement le périphérique, qu’il contribue à encadrer avec l’ensemble EKLA qui se construit de l’autre côté.

En conséquence, si la plus haute terrasse est accessible comme prévu, le public à pied aura enfin accès à l’épatante perspective que l’on a déjà en voiture sur Euralille, lorsque l’on circule sur le périphérique dans le sens Nord-sud. « Cela forme un signal architectural fort », estime Marion Barreau, d’Euralille.

Mots-clés :