Hauts-de-France: Le gouvernement au chevet du Bassin minier

SOCIETE Pour sortir ce territoire de la crise, l’accent va être mis sur le logement, les transports et la santé…

M.L. avec AFP

— 

Loos-en-Gohelle, le 4 mai 2011. Vue du bassin minier depuis le terril dit du 11/19.

Loos-en-Gohelle, le 4 mai 2011. Vue du bassin minier depuis le terril dit du 11/19. — M.LIBERT / 20 MINUTES

En visite, mardi, dans le Pas-de-Calais, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a dévoilé « un engagement pour le renouveau du bassin minier » destiné à sortir de la crise ce territoire qui compte parmi les plus pauvres de France.

Un taux de chômage est supérieur à 13 %

Le taux de pauvreté du bassin minier, où vit 1,2 million de personnes dans le département du Nord et du Pas-de-Calais, atteint 23,1 %, contre 18,2 % au niveau régional et 14,5 % au niveau national. Dans un rapport remis en décembre, l’urbaniste Jean-Louis Subileau évoque « une réalité sociale difficile voire critique dans certains secteurs. Le bassin minier perd des habitants, le taux de chômage est supérieur à 13 %, voire 20 % dans certaines zones. La formation des jeunes est insuffisante et la population très peu mobile ».

Pour tenter de revitaliser ce territoire, où le charbon a été extrait de 1720 à 1990, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a signé, mardi, à Oignies, un « engagement pour le renouveau du bassin minier » sur 10 ans (2017-2027) avec plusieurs collectivités, dont le conseil régional, les deux conseils départementaux et huit Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Ce plan à multiples entrées porte, notamment, sur le logement, la reconquête des centres urbains, la meilleure mobilité des populations en modernisant les infrastructures de transports.

Le logement. Il prévoit ainsi un traitement de choc pour le logement avec comme horizon la réhabilitation de 23.000 d’entre eux en 10 ans, des maisons qui sont souvent mal isolées, surtout dans les corons, ces ex-cités minières en briques ayant longtemps fonctionné en vase clos. 5.000 propriétaires supplémentaires bénéficieront eux d’aides publiques de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) pour rénover leur logement.

>> A lire aussi : Un bailleur social se lance dans l’hôtellerie de luxe à Lens

Pour financer ces vastes programmes, l’Etat va créer un fonds d’investissement stratégique pour le bassin minier, pour une période de dix ans qu’il doit doter annuellement de 20 millions d’euros.

Les transports. Concernant les transports, la Banque européenne d’investissement (BEI), a annoncé la signature d’un contrat de financement de 110 millions d’euros (sur 430) avec le syndicat mixte des transports Artois-Gohelle pour un projet de transport prévoyant notamment de créer des lignes de bus à haut niveau de service dans des zones enclavées.

La santé. Pour le volet santé, le plan prévoit également la rénovation et la restructuration du centre hospitalier de Lens, un « investissement de 280 millions sur la période 2017-2021 », selon le député du Pas-de-Calais Guy Delcourt.