Quand la Métropole européenne de Lille se met au vert

ENVIRONNEMENT Le président de la MEL a décidé de mettre le paquet sur les espaces naturels…

Mikael Libert

— 

Barbara Pompili et Damien Castelain sur la friche Pcuk à Wattrelos/

Barbara Pompili et Damien Castelain sur la friche Pcuk à Wattrelos/ — M.Libert / 20 Minutes

Retour à la nature. Ce lundi, la secrétaire d’Etat à la Biodiversité, Barbara Pompili, est venue constater le travail réalisé par la Métropole européenne de Lille pour remettre un peu de vert dans le cœur des habitants. Et la ministre « des petits oiseaux » (comme la nomment ironiquement certains de ses collègues) a salué le « travail gigantesque », notamment en ce qui concerne le travail de « reconquête » de la nature sur l’industriel. Trois points sur lesquels on est plutôt bons.

La réhabilitation

En exemple, Damien Castelain, président de la MEL, a voulu montrer la reconversion de l’ancienne friche PCUK, à Wattrelos. L’endroit, reconnu comme « très pollué » à cause de son passé industriel, est devenu un vaste espace naturel. Un peu triste de prime abord, le site abrite néanmoins une flore « originale » et surtout de nombreuses espèces d’oiseaux. « Il y a aussi des gens qui viennent le soir pour squatter ou prendre de la drogue », confie un habitué du parc.

Le parc de la Deûle, à Santes, en est un autre exemple. Là encore, le site a dû subir une dépollution à grande échelle avant de laisser la place à ce qui existe aujourd’hui. Il n’est d’ailleurs pas tout à fait terminé puisqu’une dernière phase prévoit l’aménagement de « quelques hectares » pour faire la jonction entre Lille et Lens, d’ici à 2026.

Accompagnement et étude

« Il faut mettre l’accent sur l’éducation à la nature », a affirmé la secrétaire d’Etat. C’est le rôle des Relais nature, mais aussi des Ecogardes qui sillonnent les espaces naturels de la métropole. « Mais on n’est pas juste là pour expliquer les choses, explique l’un d’eux. nous collectons et valorisons des données qui peuvent être utiles au niveau régional et même national ». Pour preuve, le suivi effectué de la population de chouette chevêche d’Athéna que les gardes dénombrent en écoutant leur chant.

>> A lire aussi : Le millefeuille territorial reste vert avec l’ENLM

La nature pour tous

La stratégie métropolitaine prévoit une offre de nature de proximité. « Il faut que chaque habitant de la métropole ait un espace naturel à moins de 20 minutes de chez lui », a promis Damien Castelain. C’est dans ce cadre que la MEL prévoit de créer un nouveau parc, le parc du Mont Ferrain. Ce nouvel espace naturel doit s’étendre sur les communes d’Halluin et Neuville-en-Ferrain. Le début des travaux est prévu pour 2018.

Et l’ambition de la MEL ne s’arrête pas là. Il est en effet prévu de doubler le rythme annuel d’aménagement de nouveaux espaces avec un objectif de 500 hectares supplémentaires d’ici à 2020. Dans les tuyaux, outre le Mont Ferrain, il y a la voie verte du Ferrain, la restauration de la branche de Croix ou encore la création d’un onzième jardin à Mosaïc.