Calais: Quatre hôtels squattés par un réseau de passeurs Albanais

ENQUÊTE Les candidats au passage clandestin vers la Grande-Bretagne étaient logés dans des hôtels du centre-ville…

M.L. avec AFP

— 

Illustration de la police aux frontières (PAF).

Illustration de la police aux frontières (PAF). — Frederic Scheiber/20 Minutes

Mardi matin, quatre membres présumés d’un réseau de passeurs albanais ont été interpellés dans le centre-ville de Calais, a-t-on appris de source judiciaire.

« C’est une enquête qui est menée depuis plusieurs semaines concernant un réseau de passeurs de nationalité albanaise qui a la particularité d’utiliser quatre hôtels à Calais, à côté de la Place d’armes », a déclaré Pascal Marconville, procureur de Boulogne-sur-Mer, confirmant une information de La Voix du Nord.

Les gérants des hôtels dans le coup

Les quatre interpellés ont été placés en garde à vue à Coquelles, dans le Pas-de-Calais, selon la même source qui a toutefois précisé que l’opération de police se poursuivait mardi dans la matinée.

>> A lire aussi : Démantèlement d'un réseau de passeurs par canot

« Ces hôtels n’étaient pas tenus par des Albanais mais par des personnes qui, manifestement, et selon les premières investigations, hébergeaient en accord avec ce réseau de passeurs des gens de nationalité albanaise dans le but de les faire passer clandestinement en Grande-Bretagne », a ajouté le procureur.

Un prix, hôtel compris

Cette filière offrait un « passage garanti », uniquement à des membres de la communauté albanaise. Le tarif était fixé entre 5.000 et 10.000 euros selon la façon de traverser la Manche. Le prix comprenait le transit par ces hôtels et non par des camps, comme l’ex-Jungle de Calais, qui était située en périphérie de la cité portuaire.