Roubaix. Les bureaux du concepteur de jeux video Ankama.
Roubaix. Les bureaux du concepteur de jeux video Ankama. - M.Libert/20 Minutes

Energie, textile, automobile, et maintenant le numérique ? Mine de rien, les Hauts-de-France sont peut-être en train de réussir un pari osé : ajouter le numérique à la liste de ses industries pourvoyeuses d’emploi.

Le salon de L’Étudiant, qui s’est ouvert ce jeudi à Lille-Grand-Palais, consacre d’ailleurs un village entier à ce thème cette année, avec des animations quotidiennes. Il faut dire que le secteur avait cet automne, selon Eco121, 2.500 postes à pourvoir.

Croissance du numérique plus rapide dans la région qu’ailleurs

L’an dernier, l’emploi informatique a d’ailleurs progressé beaucoup plus vite dans la région que dans la moyenne française, si l’on en croit le site Web de la « Troisième révolution industrielle » (Rev3, porté par le Conseil régional) : 4,1 % d’emplois en plus en Hauts-de-France, contre 2,7 % en France.

>> A lire aussi : Lille, numéro 1 français de la création d'entreprises numériques

Porté par certains pôles d’excellence (Euratechnologies, la Plaine image à Tourcoing, la Serre numérique et l’école Supinfocom à Valenciennes, ou encore Epitech à Lille), le secteur devrait représenter 24.000 emplois à l’horizon 2020, soit deux fois le total que compte l’industrie du textile et de l’habillement dans la région.

L’animation nordiste, fer de lance

Signe du succès des Hauts-de-France, les professionnels de l’animation européenne, menés notamment par Peter Lord, le créateur de Wallace & Grommit, viennent ainsi de décider d’installer à Lille, en novembre 2017, la première édition de leur grand prix. Créé sur le modèle des « Annie Awards » américains et baptisé Émile, cet « Oscar » européen de l’animation a été suscité en particulier par Didier Brunner, producteur à succès des Kirikou.

Pour le pôle de création régionale Pictanovo, cette annonce paraît presque naturelle : « Le Nord-Pas-de-Calais représente 15 % de la production dans l’animation française, avec des studios reconnus comme Ankama [Dofus], Tchak [Louise en hiver], Train Train [Nain géant] ». Pour une région en reconversion, c’est presque un conte de fées.

*Le Salon de L’Étudiant se tient du 12 au 14 janvier de 9h à 18h, avec en point d’orgue une nocturne « questions pour un métier », gratuit de 17h à 19h vendredi 13, qui prévoit des speed dating de 5 minutes avec 40 professions représentées.

Mots-clés :