Paris, le 14 mai 2011. Finale de la Coupe de France de football opposant le Lille OSC (LOSC, L1) au Paris SG (PSG, L1) au Stade de France. Ici la joie du prŽsident lillois Michel Seydoux aprs leur victoire.
Paris, le 14 mai 2011. Finale de la Coupe de France de football opposant le Lille OSC (LOSC, L1) au Paris SG (PSG, L1) au Stade de France. Ici la joie du prŽsident lillois Michel Seydoux aprs leur victoire. - M.LIBERT/20 MINUTES

Quatorze ans et neuf mois. Ne cherchez pas plus loin dans vos archives, cet âge d’adolescent correspond au bail de Michel Seydoux à la tête du LOSC, soit le plus long pour un président lillois. Arrivé le 24 avril 2002 à la présidence, le producteur de cinéma va officiellement céder sa place dans les jours qui viennent à l’homme d’affaires Gérard Lopez à qui il a revendu le club.

>> A lire aussi : Une page se tourne, Michel Seydoux vivra son dernier match à la tête du Losc vendredi

Le match de vendredi à domicile face à Saint-Etienne sera donc son dernier à la tête du Losc. Si en presque 15 ans, Seydoux aura vu passer trois présidents de la République (Chirac, Sarkozy, Hollande), il aura surtout contribué à écrire l’un des plus beaux chapitres de l’histoire du club comme en témoignent ces quelques chiffres.

3 titres

On passera rapidement sur l’honorifique coupe Intertoto remportée en 2004 ? Ce qui restera indélébile est évidemment la saison 2010/2011 qui aura vu le Losc remporter le doublé championnat/coupe de France après 57 ans de disette sur le plan national !

7 entraîneurs

Après un mois en fin de saison 2001/2002 avec Vahid Halilhodzic, le président du Losc va vivre deux belles idylles avecClaude Puel (2002-2008) puis Rudi Garcia (2008-2013) même si le nouveau coach de l’OM avait été viré en juin 2009 avant d’être rappelé… quinze jours plus tard.

Après onze ans de stabilité, Seydoux va consommer quatre entraîneurs en trois ans : René Girard (2013-2015) puis Hervé Renard (juin-novembre 2015) qui sera le premier coach viré par Seydoux en cours de saison. Même sort un an plus tard pour Frédéric Antonetti (novembre 2015-novembre 2016) remplacé depuis par Patrick Collot (novembre 2016-très bientôt).

>> A lire aussi : Frédéric Antonetti n'est plus l'entraîneur du LOSC

40 millions d’euros

c’est le prix du transfert d’Eden Hazard du Losc à Chelsea en juin 2012, le plus gros transfert de la présidence Seydoux et plus largement de l’histoire du club. Voilà pour le plus beau coup sans en compter d’autres (Keita, Bastos, Boufal) qui ont longtemps fait passer le club nordiste pour un as sur le marché des transferts.

Bon, comme on est sympa, on passera sous silence les ratés de la présidence Seydoux. Ah Non ? Bon d’accord. Alors pour rappel, pour acheter Marvin Martin à Sochaux, Lille a dépensé 10 millions d’euros en juin 2012, recrue la plus chère de l’histoire du Losc. Cinq ans après, le milieu offensif, prêt à Dijon, n’a toujours pas inscrit le moindre but à Lille.

43 hectares

C’est la superficie du domaine de Luchin. Inauguré en 2007, le centre d’entraînement du Losc est le bébé de Michel Seydoux qui avait racheté ce domaine à l’abandon sur la commune de Camphin-en-Pévèle pour en faire, sur les conseils de Claude Puel, l’un des centres d’entraînement les plus modernes d’Europe. Plus que le stade Pierre Mauroy, Inauguré en 2012, qui n’appartient pas au Losc, Luchin est le principal héritage du passage de Michel Seydoxu au Losc.

88 % de matchs européens

Sur les 104 matchs de coupe d’Europe disputés par le Losc dans son histoire, 92 l’ont été sous la présidence Seydoux. On retiendra en point d’orgue le huitième de finale de Ligue des champions perdu face à Manchester United lors de la saison 2006/2007. En point noir, on gardera l’élimination cette saison au troisième tour préliminaire de la Ligue Europa face aux modestes azéris de Qabala.

721 matchs

Toutes compétitions confondues, Lille aura disputé 721 rencontres sous la présidence de Michel Seydoux. C’estlargement plus que Florian Thauvin et bien moins qu’ Anne-Sophie Roquette, speakerine indétrônable du Losc depuis 1989.

3247 chants « Michel Seydoux, qu’est ce que t’as fait des sous »

Bon, c’est une approximation réalisée au doigt levé et sans la présence d’un huissier. Mais depuis quelques années, les supporters lillois ont chambré gentiment le président sur sa gestion de l’après doublé avec ce chant « Michel Seydoux, qu’est ce que t’as fait des sous ».

La preuve que le dirigeant nordiste ne leur en veut pas, il a publié ce tweet lundi soir en forme de clin d’œil avant de passer la main à Gérard Lopez aka " Qu’est ce que tu vas faire du pèze"…

 

Mots-clés :