Nord: La famille de Vincent Delory, tué par AQMI en 2011, espère toujours la vérité

TERRORISME Six ans après la mort de leur fils, Gilles et Jacqueline Delory s’estiment abandonnés par l’Etat…

Mikael Libert

— 

La stèle en hommage à Vincent et Antoine au cimetière de Linsellesn dans le Nord.

La stèle en hommage à Vincent et Antoine au cimetière de Linsellesn dans le Nord. — M.Libert / 20 Minutes (archives)

Triste rituel. Depuis bientôt cinq ans, Gilles et Jacqueline Delory prennent leur plume aux alentours du 8 janvier pour écrire leur désarroi à différentes personnalités politiques. La date n’est pas anodine, c’est celle de l’anniversaire de la mort de leur fils Vincent. En 2011, ce dernier avait été tué en compagnie d’Antoine de Léocour sur une piste au Mali alors que les deux amis avaient été pris en otage par des islamistes d’ Al-Qaida au Maghreb Islamique (Aqmi).

Pour ne pas l’oublier

Dans sa lettre, adressée notamment au président de la République, le couple de nordistes réclame inlassablement la même chose : que la mémoire de Vincent ne tombe pas dans l’oubli. « On commémore les victimes de Charlie Hebdo, du Bataclan et de Nice. On ne fait jamais rien pour Vincent, se désole son père. La stèle a sa mémoire, c’est nous qui l’avons payée. »

Gilles regrette aussi la lenteur de la justice. Six ans après que Vincent et Antoine ont été tués lors de l’opération de récupération organisée par l’armée française, l’instruction ouverte pour « faits de terrorisme » n’est toujours pas close. « Nous avons demandé une extension de la saisine des juges pour des faits d’homicide involontaire, poursuit le père de famille. Mais on nous a expliqué que ce n’était pas possible. »

Car les parents de Vincent doutent que tout a été fait pour sauver leur enfant. « Des militaires nous ont dit que l’opération de récupération avait peu de chance d’aboutir. Le but était de lancer un message pour dire que la France ne cède pas face au terrorisme », avance Gilles.

Pas de Légion d’Honneur

Le couple réclame une dernière chose, plus symbolique. « Pourquoi notre fils n’a-t-il jamais été décoré de la Légion d’Honneur alors que d’autres victimes d’actes de terrorisme, elles, l’ont eu ? » Contactée par 20 Minutes, la Grande chancellerie de la Légion d’Honneur explique que ce n’est « pas systématique ». A l’instar d’Aurélie Châtelain, il faut avoir fait preuve d’un acte héroïque par exemple.

>> A lire aussi : Aurélie Chatelain recevra la légion d'honneur à titre posthume

Dimanche, la famille et les amis de Vincent iront se recueillir sur la stèle, à Linselles. « Il y aura peut-être quelques politiques puisqu’on est en période électorale », lâche Gilles.